“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Le pilote monégasque Charles Leclerc promu pilote Alfa Romeo Sauber en Formule 1

Mis à jour le 02/12/2017 à 12:28 Publié le 02/12/2017 à 12:27
Charles Leclerc .

Charles Leclerc . Photo Jad Sherif

Le pilote monégasque Charles Leclerc promu pilote Alfa Romeo Sauber en Formule 1

Brillant champion FIA F2 2017, le jeune prodige monégasque (20 ans) soutenu par la Scuderia Ferrari fera ses débuts en Grand Prix l’an prochain au sein de l’écurie suisse Sauber désormais alliée à Alfa Romeo.

Depuis quelques semaines, c’était un bruit de plus en plus insistant. Aujourd’hui, c’est officiel. Après avoir gravi les échelons du karting et de la monoplace à toute vitesse, Charles Leclerc va toucher du doigt le sommet de la pyramide du sport auto.

Rendez-vous le 25 mars 2018, sur le circuit du Grand Prix d’Australie où le pilote monégasque de 20 ans prendra son premier départ en Formule 1, au volant d’une Alfa Romeo Sauber et avec le Suédois Marcus Ericsson comme coéquipier.

La bonne nouvelle vient de tomber à Milan, au musée historique de la marque italienne qui sera de retour l’an prochain dans le paddock en tant que sponsor titre et partenaire technique de l’écurie suisse.

Pilote de F1? Une issue logique pour celui qui vient de dominer de la tête et des épaules le championnat FIA F2 (8 pole positions, 7 victoires, 72 points d’avance sur le 2e au classement final!) après avoir coiffé la couronne des GP3 Series en 2016. A l’instar de Max Verstappen, Esteban Ocon, Lance Stroll, Stoffel Vandoorne et Pierre Gasly, la "pépite" ayant grandi au pied du Rocher incarne l’avenir de la "Formule Reine".

Membre de la Ferrari Driver Academy depuis deux ans, Leclerc a déjà accompli plusieurs séances d’essais en F1. De quoi afficher un potentiel très prometteur, comme le 1er août dernier, lorsqu’il signa le meilleur temps du premier jour du test collectif de Budapest à bord d’une SF70H, la monture de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen apprivoisée illico presto.

Aujourd’hui, l’étoile montante de la galaxie rouge profite du partenariat récemment prolongé et intensifié entre le groupe Fiat et Sauber dont les monoplaces disposeront l’an prochain - sous l’appellation Alfa Romeo - de groupes propulseurs et boîtes de vitesses Ferrari 2018.

Charles Leclerc a déjà eu l’occasion de prendre ses marques au sein de l’écurie dirigée par le Français Frédéric Vasseur cet automne en roulant en préambule de quatre Grands Prix, le vendredi matin (essais libres 1).

Dans seize semaines presque jour pour jour, il deviendra le troisième ambassadeur de la Principauté à tutoyer la limite au firmament du sport auto, sur les traces de Louis Chiron et Olivier Beretta...


Plus de détails ce dimanche dans Nice Matin, Monaco-matin et Var-matin


La suite du direct