Rubriques




Se connecter à

Les U15 de l’AS Monaco sacrés champions de France de water-polo

Une première historique pour le club monégasque. Deux victoires et un nul ont permis aux jeunes poloïstes de s’imposer. Une récompense qui couronne « des heures d’un inlassable travail ».

Avec le concours de Stéphan Maggi Publié le 06/06/2022 à 11:57, mis à jour le 06/06/2022 à 11:57
Ed Wright Images

Les jeunes asémistes se sont imposés lors du Final 4 à Strasbourg. Une performance de choix et une première historique pour le club monégasque.

Invaincus au niveau régional (avec déjà un titre de champions début mai), les U15 de l’AS Monaco natation water-polo ont également participé cette saison en parallèle au championnat de France excellence. En terminant 2e (dix victoires, un nul et une défaite) de cette compétition, les jeunes poloïstes « rouge et blanc » ont décroché leur billet pour la phase finale à Strasbourg. En Alsace, les joueurs de Manuel Laversanne ont remporté deux victoires (14-5 contre Douai, 11-9 contre Strasbourg) et concédé un nul (9-9 contre Aix). Ces trois résultats leur ont permis d’être sacrés champions de France. Une première historique pour le club présidé par Yvette Lambin Berti. Un grand bravo à Camille Dervieux, Leny Sirera, Max Malyshev, Théo Orrado, Mathéo Agrefilo, Mario Contaldo, Dario Danovsky, Luca Barnat, Louis Lanteri-Minet, Alberto Gavagnin, Zianna Wright, Mathias Sarnataro, Luigi Contaldo et Adam Nowaczyk.

Jusqu’à 15 h par semaine

« On a commencé en début de saison avec de sérieuses ambitions. L’objectif était de se qualifier pour la phase finale, confie Manuel Laversanne, l’entraîneur. Au fil des mois, on s’est aperçus que l’on pouvait décrocher l’or. Les joueurs se sont accrochés et y ont cru. Ce titre majeur de champion de France vient couronner des heures et des heures d’un inlassable travail. Les U15 s’entraînent en effet cinq fois par semaine, à raison de deux heures et demie à trois heures par séance. Ça leur fait de belles journées. » La particularité de l’équipe asémiste est de compter dans ses rangs une fille (Zianna Wright, 14 ans). « Jusqu’à 15 ans, la mixité est autorisée. Zianna « embête » plus d’un garçon, elle a d’ailleurs marqué un but en phase finale. Elle joue aussi en U17 avec l’équipe féminine de Nice. »

 

Le sacre national a mis forcément sous les projecteurs les jeunes pousses locales, tous issus de la formation du club : quatre d’entre eux ont été sélectionnés au sein de la Ligue PACA et trois ont été repérés pour des regroupements en équipe de France.

« Cela fait deux-trois ans que je suis avec ce groupe qui a débuté en U9-U11 avec Sébastien Dervieux. » souligne Manuel Laversanne, à l’ASM depuis quatre ans. « Ça a été une aventure exceptionnelle tout au long de l’année. J’ai de la chance de travailler avec eux et de voir que ça paie tous les week-ends. C’est une joie immense de voir les étoiles briller dans les yeux des jeunes. À Strasbourg, au coup de sifflet final, c’était une grande fierté. Je tiens à remercier les parents qui ont fait tous les déplacements, ainsi que les dirigeants et le club qui ont été derrière nous. » Ancien poloïste de haut niveau, Manuel Laversanne le reconnaît : « Je suis content de transmettre des connaissances, ainsi que mon vécu et de partager aussi ces moments particuliers que j’ai déjà connus quand j’étais plus jeune. »

La saison n’est pas terminée. De nombreux joueurs de l’équipe U15 complètent en effet l’effectif des U17 de l’ASM et disputeront la finale de la catégorie honneur à Monaco (18-19 juin). Avec l’espoir de terminer dans les deux premiers pour jouer la saison prochaine en championnat de France excellence U17. « Les joueurs ont pris conscience de leur potentiel, ils y croient. Cette fin de saison est vraiment déjà magnifique, cette accession en division supérieure pourrait être une autre très belle cerise sur le gâteau. »

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.