“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Bilan positif pour le beach-volley

Mis à jour le 31/08/2019 à 10:06 Publié le 31/08/2019 à 10:05
Pour Michael Chamy (entraîneur du beach-volley), ce tournoi de haut-niveau sera plus que bénéfique.

Bilan positif pour le beach-volley

Pascal et Vincent Ferry terminent 9e à Patras dans un tournoi qui leur a permis de progresser et qui sera déterminant pour l’avenir

« Ils ont peur de gagner »

En lice en Grèce, les beach-volleyeurs monégasques n’ont pas démérité, loin de là, dans un tournoi de qualité.

Après avoir perdu face à l’Espagne (15-21, 19-21), un adversaire solide, Pascal et Vincent Ferry ont affronté la Grèce (tête de série n°1). Les « rouge et blanc » ont idéalement débuté la rencontre, empochant le premier set (25-23). Ils ont dû céder de peu le deuxième (19-21), avant de s’incliner au tie-break (12-15). Rageant…

Face à Chypre (match de repêchage pour se hisser en quarts de finale), les représentants de la Principauté n’ont malheureusement rien pu faire (13-21, 15-21).

Monaco termine à la 9e place sur 15 équipes.

« Des leçons à tirer face à des paires de haut-niveau »

« Cette compétition va nous apporter beaucoup, souligne Pascal Ferry. Nous avons disputé trois matchs différents. Si l’Espagne était au-dessus physiquement et mentalement, nous sommes quand même bien rentrés dans le tournoi. Face aux Grecs, on a tout de suite senti que ça allait être serré. Ils ont pris un temps mort médical, alors que nous avions le match en mains… On peut nourrir des regrets car on avait l’occasion de finir le job. Face aux Chypriotes, c’était difficile. Même si on avait digéré la frustration de la veille, ils ont très bien joué et leur victoire est méritée. Au final, on a quand même du positif. On a joué face à des paires de haut-niveau, on a des leçons à tirer. On finit à notre place (9 e) mais on est en progression par rapport aux Jeux Méditerranéens de Tarragone de 2018 [ils avaient terminé 17e sur 18, ndlr]. On a engrangé de l’expérience, c’est un vécu très intéressant. »

« Mentalement, c’était très fatigant »

« II y a peut-être un peu de déception. Si on avait gagné contre la Grèce, cela nous aurait permis d’être dans une position sans nul doute un peu plus confortable, en affrontant un adversaire qui n’aurait pas été du calibre de Chypre », analyse Vincent Ferry.

« On peut nourrir quelques regrets, mais ce tournoi, avec un gros niveau, va nous apporter une super expérience. »

Vincent insiste également : « Plus que le physique, c’était très fatigant ici mentalement, avec une grosse charge. Ça va nous permettre de nous construire pour les compétitions internationales futures. »

L’équipe de beach-volley monégasque aux côtés du prince Albert II et de Damien Desprat, chef de mission. 

Sur le sable de Patras, Pascal et Vincent Ferry ont terminé 9e.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.