“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Primo Cup : Ludovico Fassitelli, le skipper de Monaco qui espère "devenir champion du monde à la maison"

Mis à jour le 07/02/2020 à 08:55 Publié le 07/02/2020 à 11:11
Ludivico Fassitelli, barreur du Yacht-club de Monaco, ambitionne de devenir champion du monde 2021 en Principauté.

Ludivico Fassitelli, barreur du Yacht-club de Monaco, ambitionne de devenir champion du monde 2021 en Principauté. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Primo Cup : Ludovico Fassitelli, le skipper de Monaco qui espère "devenir champion du monde à la maison"

Alors que la 36e Primo Cup a débuté hier, nous avons rencontré le résident monégasque Ludovico Fassitelli, vainqueur de l’édition 2019. Portrait d’un marin qui se voit champion du monde en 2021

Ludovico Fassitelli. Ce nom ne vous dit peut-être rien, à moins que vous ne soyez un passionné de voilier modèle J/70. C’est sur l’un des quais du port Hercule que le barreur originaire de Bergame nous a donné rendez-vous pour parler de sa vie. Alors que, dans quelques heures, il s’apprête à remettre en jeu son titre de vainqueur de la Primo Cup, c’est entre deux J/70 que le résident monégasque depuis quatre ans se livre sur son parcours atypique.

"J’ai commencé à faire de la voile lorsque j’avais 10 ans. À 17 ans, j’ai même gagné un championnat italien junior. Après ça, j’ai arrêté la voile pour faire des compétitions automobiles, en rallye. Ç’a été mon travail pendant près de quinze ans." Un travail de longue haleine, qui l’a conduit jusqu’à un titre de champion d’Italie en rallye au début des années 1990 au volant de sa Lancia Delta.

Un travail d’équipe

Une fois sa carrière automobile derrière lui, c’est tout naturellement que cet amoureux des flots est revenu à ses premières amours. D’ailleurs, il n’hésite pas à établir des comparaisons entre les deux sports de sa vie : "D’un point de vue technique, la sensibilité et l’exigence nécessaires pour barrer un voilier et piloter une voiture de rallye est exactement la même".

Dans un sport où le barreur n’est pas autorisé à être professionnel - du moins dans cette catégorie, au contraire des quatre autres membres de l’équipage - Ludovico Fassitelli s’est forgé un caractère de champion à la sueur de son front. Lui qui est souvent pris pour modèle par la jeunesse, s’évertue à transmettre avec passion les valeurs d’un sport peu connu du grand public. "Je dis toujours aux jeunes : “Ce sport est la plus belle école de vie que vous pouvez trouver sur Terre”. Sur un voilier comme à l’usine, c’est le travail et la solidarité entre tous qui permettent d’atteindre les sommets."

Un amoureux
de la Primo Cup

Victorieux l’an passé, le Lombard ne semble pour autant pas rassasié et vise une fois de plus la victoire finale. D’autant plus qu’il dispose d’un avantage majeur sur les soixante autres barreurs, il connaît le plan d’eau de la Principauté comme sa poche. Même s’il reste prudent quand vient l’heure d’aborder ses sensations sur la compétition du week-end, Ludovico sait qu’il ne sera pas surpris par les aléas climatiques du Rocher. "Le plan d’eau ici est très difficile à gérer car il n’y a pas beaucoup de vent. Aussi, on se retrouve confronté à des situations très techniques, notamment à cause des nombreuses vagues." 

Celui qui considère la Primo Cup comme un "mini-championnat du monde" le sait, une pression supplémentaire pèse sur ses épaules cette année. "Quand on vient de gagner, on ne peut logiquement pas aller plus haut. Au mieux, je peux rééditer la performance, mais ça ne sera pas facile."

Cap sur
Monaco 2021

Après la Primo Cup, Ludovico a déjà un cap en tête : les championnats du monde J/70 à Monaco en 2021. Ce sera la première fois que la principauté de Monaco accueillera la compétition reine pour tout barreur, et il y a fort à parier que le voilier Junda de Ludovico sera de la partie.

"J’espère vraiment pouvoir devenir champion du monde à la maison en 2021. Ce serait mon rêve." Nul ne sait encore s’il y parviendra, mais c’est en tout cas tout le mal que l’on lui souhaite.

Ludovico à la barre de son voilier Junda modèle J/70
Ludovico à la barre de son voilier Junda modèle J/70 Carlo Borlenghi / YCM

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.