Pas de vent à Saint-Tropez ce dimanche, les Bleus privés de finale au Sail Grand Prix de France

Plombés par la retombée du mistral, à 10km/h en moyenne, les F50 du circuit SailGP ont navigué les «ailes coupées», peinant à user des fameux foils dans la baie tropézienne ce dimanche. Le Range Rover Sail Grand Prix de France a été finalement remporté par les Américains de Jimmy Spithill.

Pierre-Mickaël Ayi Publié le 11/09/2022 à 16:10, mis à jour le 11/09/2022 à 18:40
Les Bleus de Quentin Delapierre ont échoué aux portes de la finale, à domicile, de très peu. Camille Dodet

Les catamarans les plus rapides du monde ont eu un mal fou à trouver du rythme, tandis que la pétole contraignait les organisateurs à remiser leur sixième manche de qualification rajoutée vendredi, à la dernière minute.

Pire: aucun bateau n’est arrivé dans le temps imparti de la cinquième manche, et la course n’a pas été prise en compte. Une décision lourde de conséquence pour le bateau tricolore, qui a échoué à un tout petit point de la finale -finalement disputée par la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Une nuée de drapeaux tricolores sur la digue

Malgré la nuée de drapeaux tricolores postés le long de la digue, ce 11 septembre n'a donc pas souri aux Bleus, guère chanceux sur leurs mers depuis le lancement du SailGP il y a trois ans.

S’il a usé de quelques manœuvres tactiques bien senties, l’équipage de Quentin Delapierre, quatrième à Saint-Tropez, a aussi été en difficulté dès le départ des dernières manches de qualifications, n'apparaissant jamais en mesure de contester les premières places.

Amélie Riou sacrée

Une Française a néanmoins tiré son épingle du jeu: la stratégiste Amélie Riou, qui a remplacé son homologue américaine, blessée, au pied levé a largement remporté sa première victoire pour la bannière étoilée.

 

"Oui, le malheur fait le bonheur des autres, comme on dit..., expliquait-elle à l'arrivée. J'étais un peu stressée, l'organisation était un peu différente sur le bateau américain donc je me suis adaptée et ils ont été super gentils ave moi."

Car, malgré tout, le suspense est resté entier en finale. Les Kiwis de Peter Burling, vainqueurs des deux dernières étapes du SailGP à Plymouth (Grande-Bretagne) et Copenhague (Danemark), ont effectué un départ volé et ont été logiquement pénalisés, ce qui a paru rédhibitoire pour la gagne en ce jour sans vent.

Les Américains de Jimmy Spithill tenaient là une parfaite occasion d’honorer la mémoire des victimes et de leurs soldats du feu des attentats subis il y a vingt-et-un ans, tandis qu’Amélie Riou, ancienne équipière de Billy Besson Nacra 17 olympique, brandissait devant la foule son volant peint en bleu-blanc-rouge pour l’occasion.

Classement du Grand Prix de France: 1. Etats-Unis, 2. Nouvelle-Zélande, 3. Grande-Bretagne.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.