Rubriques




Se connecter à

Week-ends confinés dans les Alpes-Maritimes: la question de la libre circulation des Monégasques en France toujours pas tranchée

Trois jours après l’annonce du confinement dans 63 communes des A.-M., pour les deux prochains week-ends, la question des déplacements des résidents monégasques en France n’est pas tranchée.

Thibaut Parat Publié le 24/02/2021 à 09:30, mis à jour le 24/02/2021 à 10:41
Les résidents monégasques devraient être bientôt fixés sur leur sort. Photo Jean-François Ottonello

Le flou le plus complet. Au surlendemain des annonces préfectorales, actant un confinement les deux prochains week-ends pour 63 communes des Alpes-Maritimes, le cas de la circulation des résidents monégasques en France demeure un grand mystère.

Dans un contexte de vacances scolaires, où une recrudescence des déplacements entre les deux pays voisins est attendue, les interrogations pullulent.

Pourront-ils transiter par la bande littorale pour rallier le Var ou les stations de ski, non inclues dans le périmètre de confinement? Pourront-ils, au retour de leurs congés, rejoindre la Principauté sans encombres? Avec ou sans justificatif? Le déplacement dans les communes limitrophes sera-t-il cantonné aux seuls motifs impérieux?

Autant de questions – et il y en a d’autres – sans réponse.

 

Sollicitée ce mardi, la préfecture des Alpes-Maritimes n’a pas donné suite. Attendait-elle un feu vert émanant directement de la hiérarchie à Paris? Pour l'heure, aucun arrêté préfectoral n'évoque encore la spécificité monégasque.

"Samedi soir, au titre des nombreuses propositions discutées entre les participants d’une vidéoconférence [entre la préfecture, les maires des grandes villes et les parlementaires du 06, ndlr], la question des contrôles a été largement et longuement évoquée, précise Dominique Estrosi-Sassone, présidente du groupe d’amitié interparlementaire entre la France et Monaco. Plus de contrôles pour faire respecter le port du masque, le couvre-feu, à l’aéroport Nice Côte d’Azur, aux gares mais aussi aux frontières avec l’Italie et la Principauté de Monaco."

Valetta-Ardisson: "Il faut laisser passer les Monégasques"

"La Principauté est un état souverain. On pourrait donc imaginer voir s’appliquer les mesures de contrôles aux frontières actuellement en vigueur avec nos voisins européens mais ce serait ignorer les liens et interactions indéniables qui nous ont conduits à rédiger une convention de voisinage en 1963, admet Alexandra Valetta-Ardisson, députée de la 4e circonscription. À titre personnel, je ne vois aucun inconvénient à laisser passer en voiture, le week-end, les Monégasques qui souhaitent se rendre par exemple dans le Var, car n’oublions pas que Monaco n’a aucune autre sortie terrestre que notre territoire national. C’est pourquoi je pense que le préfet des Alpes-Maritimes précisera très prochainement les règles applicables tout en tenant compte de la particularité de nos deux territoires."

L’exécutif monégasque attend des précisions

À l’heure où nous bouclions ces lignes, l’exécutif monégasque attendait, en effet, encore un certain nombre de précisions de la part des autorités françaises concernant l’impact des mesures tricolores pour Monaco.

 

De ces éclaircissements peut dépendre l’éventuelle stratégie qu’adoptera Monaco pour les deux prochains week-ends. Hier matin, d’ailleurs, lors des discussions entre le gouvernement princier et le Conseil national, la question de s’aligner, ou non, sur les dispositions françaises aurait été abordée. Mais rien n’est tranché.

Toujours sous le coup de la règle des 24 h

En attendant que le flou se dissipe, les résidents monégasques ont toujours la solution de partir, ou revenir, un jour de semaine. "Beaucoup partiront sans doute le vendredi avant le couvre-feu de 18h. Mais ils seront toujours sous le coup de la règle des 24 heures. Au-delà, en cas de contrôle, ils ont l’obligation de fournir un test PCR négatif de moins de 72h", conclut Dominique Estrosi-Sassone.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.