“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vous reprendrez bien un peu de salsa ?

Mis à jour le 27/02/2020 à 11:28 Publié le 27/02/2020 à 11:28
Cette année, la 14e édition du Congrès Monaco Salsa attend plus d’un millier de danseurs du monde entier.

Cette année, la 14e édition du Congrès Monaco Salsa attend plus d’un millier de danseurs du monde entier. Cyril Dodergny

Vous reprendrez bien un peu de salsa ?

Le festival international de salsa ouvre ses portes pour une quatorzième édition du 20 au 22 mars à l’espace Léo-Ferré

L’événement Salsa de Monaco ouvrira les portes de sa 14e édition du 20 au 22 mars 2020 à l’espace Léo-Ferré. Depuis sa première édition, il n’a cessé de se développer pour devenir un rendez-vous incontournable des amateurs de danses et musiques latines du monde entier en Principauté.

Salsa, bachata, kizomba, débutant, avancé, novice ou simple curieux, tout le monde y trouve son compte. Au travers des cours tous niveaux (trois salles en simultané), des soirées avec un repas VIP devant la scène ou des shows et des soirées DJs jusqu’à tard dans la nuit.

Une place pour les Mondiaux en jeu

Mais la grande nouveauté de cette édition 2020, c’est que l’événement permettra d’établir une sélection France-Monaco de danseurs qui s’envoleront à destination de la Colombie pour participer aux demi-finales de la World Latin Dance Cup. En effet, en parallèle d’un congrès où l’on attend près de 1 000 danseurs venus des quatre coins du globe, un concours permettra donc de défendre les couleurs de la France et de la Principauté à Medellín du 1er au 7 février 2021.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.