“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Voilà à quoi ressemblera l'esplanade Victor Hugo à Beausoleil

Mis à jour le 09/11/2017 à 07:40 Publié le 09/11/2017 à 07:39
La première réunion de chantier a eu lieu hier, pour donner vie à ce nouvel espace de verdure. Un supplément de convivialité pour les Moneghetti!

La première réunion de chantier a eu lieu hier, pour donner vie à ce nouvel espace de verdure. Un supplément de convivialité pour les Moneghetti! Photo Biancheri architecture

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Voilà à quoi ressemblera l'esplanade Victor Hugo à Beausoleil

L’actuel parking va laisser place à une esplanade comprenant un jardin, et un espace polyvalent. Un projet collaboratif mis en place avec les utilisateurs, et qui va nécessiter des travaux importants.

D’abord il y a eu des entrepôts. Et puis l’ancien maire de Beausoleil avait prévu un immeuble de logements de cinq étages. Finalement, l’esplanade Victor Hugo, au pied de l’école Paul Doumer dans le quartier des Moneghetti, est devenue un petit parking.

"J’avais prévu de poursuivre les projets de l’ancien maire, mais finalement je me suis dit qu’il fallait de l’air dans ce quartier. Dans un premier temps, j’ai décidé de faire un petit parking en surface pour acter le fait qu’il n’y aurait rien. Autour, il y a tous les équipements possibles et imaginables. Tout ce qu’il y a dans un village. Il ne manquait qu’une place", explique Gérard Spinelli, le maire de Beausoleil. Place il manquait, place il y aura.

Tout en concertations

Pour mettre au point ce projet, Jean-Christophe Bardemyan, responsable du pôle vie de la cité, a consulté tout le monde: les parents d’élèves de l’école voisine, et les habitants du quartier. "Nous nous sommes demandés de quoi ils avaient besoin. Nous ne voulions pas passer à côté de quelque chose, et rater ce projet." Une motivation d’autant plus importante que l’espace est une denrée rare dans la petite commune.

De cette consultation est née la nouvelle esplanade. Un espace couteau suisse. Totalement adaptable. "Il y aura un jardin public pour les amoureux, des jeux pour enfants, un jardin potager et un espace polyvalent. Il sera utilisable pendant le temps scolaire comme pendant le reste du temps. L’esplanade permettra, si besoin, d’accueillir des fêtes ou des manifestations", complète Jean-Christophe Bademyan. Un projet qui va nécessiter 17 mois de travaux.

Les opérations sont d’ailleurs en route depuis le 16 octobre dernier où des barricades ont été montées. Les candélabres ont été démontés et les arbres enlevés pour être mis en pépinière en attendant leur réimplantation.

Sous l’esplanade, il y aura un parking souterrain. "Il fera six étages, avec une descente en hélice à double sens, en pente douce, sans piliers pour faciliter le stationnement", explique Lionel Biancheri, l’architecte du projet à qui on doit d’autres ouvrages similaires à La Turbie et à Levens.

Sirènes et explosifs

L’édifice s’enfoncera d’environ 25 mètres dans le sol de la commune, avec une petite difficulté: "A quatre ou cinq mètres sous nos pieds, c’est la roche", explique l’architecte. Alors la ville a fait appel à la société Dynamic Consult de Monaco, dirigée par Thierry Partouche.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne va pas lésiner sur les moyens. "Nous n’hésiterons pas à pratiquer le microminage si nécessaire", explique-t-il. En clair: des petites quantités d’explosifs seront insérées ici et là pour fracturer la roche, quand tous les engins patineront. "Ça peut sembler impressionnant, mais le bruit est très sourd, et très bref. Il sera annoncé par une sirène juste avant. Ce sera beaucoup moins pénible pour les riverains que d’avoir des engins qui tapent pour fracturer la roche huit heures par jour."

Car il n’y aura qu’une détonation par jour, suivie par le déblaiement des roches fracturées sur un tapis roulant, vers un camion. Petit à petit, en raison des infrastructures. Pas d’inquiétude à avoir sur le transport des explosifs: tout est ultra sécurisé, façon Fort Knox.

Au final, au bout de 17 mois de travaux et 7 millions d’euros de dépenses (subventionnées à 60 % par la CARF, la région, le département et l’Europe) les Beausoleillois des Moneghetti pourront profiter d’un espace qui, à lui seul, changera le visage de ce petit coin, tout en conservant l’exceptionnelle convivialité du quartier.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.