Rubriques




Se connecter à

Vista Palace à Roquebrune-Cap-Martin: les 3 enjeux majeurs ignorés selon l'association environnementale Aspona

La mise en danger d'autrui, la préservation du site et de la biodiversité manquent dans la prise en compte des enjeux majeurs sur le chantier du Vista Palace à Roquebrune-Cap-Martin qui surplombe Monaco. On fait le point.

A.R. Publié le 10/06/2021 à 10:30, mis à jour le 10/06/2021 à 10:26
"Le site a subi une profonde défiguration en totale contradiction avec la protection des falaises littorales, telle qu’établie par la Directive Territoriale d’Aménagement des Alpes-Maritimes, comme au titre des Corniches de la Riviera", estime l'association Aspona Photo JFO

Depuis que le chantier du Vista palace - qu’il faudra désormais appeler le Maybourne Riviera - a repris, et plus encore depuis l’interview récemment accordée par le maire de Roquebrune-Cap-Martin, des photos anciennes de l’établissement fleurissent sur les réseaux sociaux.

Comme témoignage des évolutions architecturales depuis 1870, quand il s’agissait encore d’un chalet abritant un salon de thé. Comme preuve, pour les détracteurs, des attaques à l’environnement.

L’Aspona (Association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin, Menton et environs) évoque quant à elle "l’acharnement déployé depuis presque un siècle par les constructeurs sur cette falaise, à des fins commerciales exclusives". Déplorant l’absence de prise en compte de trois enjeux majeurs.La mise en danger d’autrui

 

Dès 2017, l’association avait demandé que les riverains vivant au pied de la falaise - menacés par des risques d’éboulements - aient accès à un certain nombre d’informations: avancement des travaux de confortement de la falaise, connaissance des "correctifs substantiels apportés au projet" et des mesures de protection prises. "Cette requête a été complètement ignorée, notamment par les services de l’État", regrettent aujourd’hui encore les membres de l’Aspona.

De vieilles vues du Vistaero circulent beaucoup sur les réseaux sociaux depuis que le chantier XXL a été lancé. Photo DR.

La préservation du site et du paysage

"Le site a subi une profonde défiguration en totale contradiction avec la protection des falaises littorales, telle qu’établie par la Directive Territoriale d’Aménagement des Alpes-Maritimes, comme au titre des Corniches de la Riviera", estime l’association de défense de l’environnement.

L’environnement et la biodiversité

D’après l’Aspona, le principe ERC (éviter-réduire-compenser) - prescrit par le Code français de l’environnement de 1976, puis par un certain nombre de décrets et arrêtés - aurait dû s’appliquer pour ce chantier de grande ampleur.

Il aurait notamment été de bon ton d’"éviter la dégradation et l’atteinte à la flore-faune" jugent les membres. Mais à leurs yeux, "les motivations spéculatives étaient telles que la réduction n’a pas même été envisagée, pour s’en tenir à une estimation pour solde de tout compte de la compensation à verser pour assurer le suivi de l’évolution des populations de chauves-souris chassées de leurs refuges".

 

Face au "mépris avec lequel ont été traités ces trois enjeux", et alors que l’établissement s’apprête à ouvrir, l’Aspona s’attache à un souhait: que, compte tenu de l’extrême fragilité du site, l’ouvrage fasse au minimum l’objet d’une surveillance régulière et de mesures pour limiter les pollutions lumineuses.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.