Rubriques




Se connecter à

Visite princière à la crèche

Le couple princier s'est rendu mardi à la crèche A Farandola, nouveau micro-établissement réalisé par la mairie grâce à l'aide d'un généreux donateur

Publié le 16/11/2017 à 05:03, mis à jour le 16/11/2017 à 05:04
Le souverain, la princesse Charlène et leurs enfants ont visité mardi matin les locaux.
Le souverain, la princesse Charlène et leurs enfants ont visité mardi matin les locaux. Eric Mathon/Palais princier

Le couple princier, accompagné par ses enfants le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella, s'est rendu mardi matin à la micro-crèche A Farandola, ouverte depuis début septembre 2017, pour une visite de l'établissement

Guidés par la directrice de la structure, Aurore Suisse, le souverain et la princesse Charlène ont visité les locaux de 127 m2, aménagés pour l'accueil de dix enfants. Ces travaux ont été réalisés grâce à un généreux donateur, Oleksandr Boguslayev, qui souhaitait apporter son soutien financier à un projet en faveur de la petite enfance.

Dans son discours, le maire l'a remercié sincèrement, mais également Ies équipes de la mairie qui ont porté ce projet. À Farandola est la troisième micro-crèche implantée dans l'immeuble « Les Villas des Pins », rue Honoré-Labande.

 

La troisième du quartier

Le quartier compte ainsi aujourd'hui une capacité totale d'accueil, sur les trois structures, de 30 berceaux.

De quoi couvrir les demandes à venir avec la livraison de l'opération Engelin, boulevard du Jardin exotique. Un système intermédiaire en attendant la livraison d'une grande crèche municipale, à l'horizon 2021, au sein de l'opération Testimonio II.

C.V.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.