“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Videz votre dressing et aidez les plus nécessiteux tout en gagnant de l'argent à Monaco

Mis à jour le 21/09/2017 à 11:39 Publié le 21/09/2017 à 05:22
Pour la deuxième année consécutive, le vide-dressing solidaire s'installe au centre commercial de Fontvieille. Une association collecte les vêtements usagés en échange d'un bon d'achat.

Pour la deuxième année consécutive, le vide-dressing solidaire s'installe au centre commercial de Fontvieille. Une association collecte les vêtements usagés en échange d'un bon d'achat. Photo L.M.

Videz votre dressing et aidez les plus nécessiteux tout en gagnant de l'argent à Monaco

Et si faire de la place dans vos placards pouvait vous rapporter de l'argent, tout en venant en aide aux plus nécessiteux ?

Et si faire de la place dans vos placards pouvait vous rapporter de l'argent, tout en venant en aide aux plus nécessiteux ? C'est le concept du vide-dressing solidaire organisé pour la deuxième année dans la galerie marchande de Fontvieille.

L'idée est simple : "Vous ramenez des vêtements que vous ne voulez plus, et s'il y en a un minimum de cinq, vous avez un bon d'achat de 5 euros", explique un volontaire d'Impact Monaco Riviera, l'association à l'origine de ce projet. Valables sur un minimum d'achat de 30 euros, ces bons sont cumulables (2 pour 60 euros, 3 pour 9, etc.)

Redistribués

Alors que les premiers frimas (bien trop précoces, personne ne le contestera) se font sentir, c'est l'occasion idéale de se départir de ce que l'on ne veut plus.

Impact Monaco Riviera se chargera ensuite d'en faire bon usage: "L'an dernier, la collecte était à destination de l'association Soupe de nuit, mais nous avions redistribué également à d'autres organismes à visée humanitaire comme Caritas, Saint-Vincent de Paul, le CCAS, la Croix-Rouge française… Et nous en avions utilisé pour couvrir nos propres besoins, puisque nous venons aussi en aide aux personnes qui en ont besoin."

Cette année, ils récoltent pour leur association, mais ont déjà contacté de nombreux autres organismes en amont, pour qu'ils se manifestent en cas de nécessité.

L'an dernier, l'opération était sobrement baptisée "vide-dressing", ce qui a causé une certaine confusion : "Les clients ne comprenaient pas très bien, ils pensaient que l'on pouvait venir vendre ses vêtements ou en acheter d'occasion. Alors cette année, on a rajouté le mot solidaire. Ce sera sans doute plus clair ", poursuit ce volontaire.

Pour autant, l'opération avait rencontré un succès incontestable, pour une raison simple d'après le centre commercial: "Nombreux sont ceux qui nous disent qu'ils ont des sacs de vieux vêtements qu'ils doivent amener à une association, mais qu'ils ne prennent pas le temps de le faire. Comme ils viennent faire leurs courses au moins une fois dans la semaine, certains viennent même tous les jours, c'est l'occasion pour eux de s'en débarrasser."

Neuf tonnes en quatre jours

L'an dernier, malgré le petit couac de communication, le total des dons de vêtements représentait 210 cartons, soit un volume de 36 m3 pour 9 tonnes. Pour stocker tout cela, l'administration des domaines met un local à disposition, et Monaco Parking permet à un camion de stationner durant toute la durée de l'opération.

Côté finances, le bilan 2016 fait état de 1.677 bons d'achats qui avaient été distribués, mais seulement 1 172 qui avaient été utilisés pour 5 860 euros. L'organisation de la collecte en elle-même avait coûté au centre environ 15 000 euros.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct