“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

VIDEO. Tempête Alex: énorme foule à la gare de Monaco pour attraper le dernier train de… 11 h 59

Mis à jour le 02/10/2020 à 20:20 Publié le 02/10/2020 à 14:08
 Il y a rarement eu autant de monde sur le quai de la gare de Monaco – Monte-Carlo à midi...

Il y a rarement eu autant de monde sur le quai de la gare de Monaco – Monte-Carlo à midi... (Photo Jean-François Ottonello)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. Tempête Alex: énorme foule à la gare de Monaco pour attraper le dernier train de… 11 h 59

Des milliers de salariés monégasques ont dû rentrer chez eux plus tôt que prévu, ce vendredi, le dernier train les ramenant à Nice et l’ouest azuréen ayant quitté la gare à 12 h 18. Plus aucun train ne circule jusqu’à ce samedi matin.

Ils étaient très nombreux, peu avant midi ce vendredi, à attendre le train sur le quai de la gare de Monaco – Monte-Carlo. Pas étonnant quand on sait que le dernier train de la journée en direction de Nice était programmé à 11 h 59. Pour une fois, un retard de vingt minutes a sauvé de nombreux salariés de la Principauté qui sont arrivés en courant à la gare.

"La SNCF aurait pu prendre sa décision jeudi soir"

"J’ai appris il y a seulement une demi-heure que le dernier train de la journée partait à midi", témoigne Robin, stagiaire sur un chantier tout proche. Sur le quai de la gare, ils sont une dizaine à avoir quitté précipitamment ce chantier, avec l’accord de leur employeur, pour pouvoir rentrer chez eux et ne pas être contraints de passer la nuit à Monaco.

Marine et Julien, pour leur part, travaillent à l’hôtel Métropole. Ils font également partie de ces milliers de salariés dits pendulaires, qui habitent du côté de Nice et travaillent à Monaco. Leur moyen de transport quotidien est le train. "Si j’avais su, je ne serais pas venue aujourd’hui", soupire Marine. Son collègue ajoute: "Je suis surpris que la SNCF ait pris cette décision aussi tardivement. Dès hier soir (jeudi soir, ndlr), on savait que ce serait compliqué. Le préfet avait annoncé la fermeture des écoles. La SNCF aurait pu prendre sa décision à ce moment-là." 

Les écoles restent ouvertes 

À quelques mètres de là, alors que le dernier train est en approche, deux enseignants d’une école élémentaire papotent sur le quai. "La direction de l’école nous a informés de l’interruption des trains à partir de midi et nous a permis de partir."

Dans les écoles, qui restent ouvertes ce vendredi, les enseignants habitant dans le secteur monégasque prendront le relais pour s’occuper des enfants. À la mi-journée, en effet, le gouvernement n’envisageait toujours pas de fermer les établissements scolaires de la Principauté.

Quatre étudiantes de l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) sont moins compréhensives: "La SNCF ne nous a donné aucune info, se désole l’une d’elles. Comme d’habitude, ils font tout dans la précipitation."

Arrivé à la gare une minute trop tard

Ces milliers de passagers ont pu rentrer chez eux par le train. Mohamad n’a pas eu cette chance. Ce salarié de Monaco Telecom a raté son train de justesse: "On m’a prévenu à 11 h 45. J’étais avec un client, je ne pouvais pas partir comme ça. À 12 h 05, j’apprends que le train a vingt minutes de retard. Il faut quinze minutes pour aller de Fontvieille à la gare en marchant vite. Je suis parti en courant et je suis arrivé à la gare une minute trop tard…"

Dans son malheur, Mohamad avait encore la chance d’attraper un bus de la ligne 100, qui relie Monaco et Nice.

Le dernier départ était prévu à 14 h.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.