“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

VIDEO. "On est prêt." Comment ce restaurateur du Vieux Nice a réorganisé son restaurant pour respecter les mesures barrières

Mis à jour le 02/06/2020 à 12:36 Publié le 02/06/2020 à 12:35
Des séparations ont été suspendues entre les tables de Mother India dans le Vieux Nice.

Des séparations ont été suspendues entre les tables de Mother India dans le Vieux Nice. Photo S.C

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. "On est prêt." Comment ce restaurateur du Vieux Nice a réorganisé son restaurant pour respecter les mesures barrières

Séparation entre les tables, gel désinfectant, menus plastifiés et simplifiés… Catherine et Nathan, restaurateurs dans le Vieux Nice sont prêts à accueillir leurs clients en mode "Covid-19".

Au feutre blanc, sur la grande ardoise à l'entrée du restaurant indien Mother India, Catherine inscrit les consignes sanitaires. Une invitation au respect des règles, en cette veille de réouverture.

"Nous expliquons à nos clients la marche à suivre, et j'indique les mesures que nous prenons pour les accueillir dans les meilleures conditions sanitaires par rapport au coronavirus."

"Pour que ça se passe bien, il faut que les clients les plus décontractés se sentent concernés et respectent le protocole. Et que les plus anxieux soient rassurés."

Catherine et Nathan nous proposent un tour des "nouveaux gestes" qu'il faudra adopter et des mesures qu'ils ont mises en place. 

Sur l'ardoise, le menu... des consignes sanitaires mise en place.
Sur l'ardoise, le menu... des consignes sanitaires mise en place. Photo S.C

Se désinfecter les mains et mettre un masque pour circuler

Sur chaque table, les clients disposent d'un distributeur à solution hydroalcoolique.
Sur chaque table, les clients disposent d'un distributeur à solution hydroalcoolique. Photo S.C

Un distributeur à solution hydroalcoolique est posé à l'entrée, pour que les clients se désinfectent les mains avant de pénétrer dans la salle. C'est là qu'ils devront attendre avant d'être dirigés vers leur table, et mettre leur masque de protection jusqu'à ce qu'ils soient installés.

"Une fois assis ils pourront l'enlever, explique Nathan. Mais s'ils se lèvent pour aller aux toilettes, ils devront le remettre. De notre côté nous porterons le masque en continu."

Sur chaque table, ils ont également installé des distributeurs à gel hydroalcoolique. "Les clients pourront se désinfecter après avoir touché le menu."

Des séparations entre les tables

Nathan finit l'accrochage des panneaux de séparation entre les tables.
Nathan finit l'accrochage des panneaux de séparation entre les tables. Photo M.D

Suspendues au plafond, des séparations en toile cirée transparente assurent un cloisonnement entre les différentes tables.

"Nous avons testé ce dispositif il y a une semaine, explique Nathan, et nous finissons l'accrochage. Pour espacer les clients nous avons retiré un tiers des chaises et deux tables. On a dû réfléchir à la disposition, car nous avons une petite salle, en longueur."

Des menus plastifiés

En cette veille de réouverture, les restaurateurs doivent récupérer leurs nouveaux menus. "Les anciennes ne conviennent pas parce qu'elles sont en papier et qu'il faut tourner les pages. Les nouvelles tiendront sur un format A3, recto-verso."

Ils les désinfecteront avant de les proposer aux clients et après.

Une nouvelle terrasse

Ils ont installé deux tables de 2 personnes le long du restaurant. "Nous avions fait une demande pour avoir l'autorisation de dresser deux tables à l'extérieur, il y a six mois. On a reçu l'agrément, pendant le confinement. C'est vraiment une bonne nouvelle pour nous. Car ça nous permettra d'être plus visibles et plus attractifs."

Nathan: "Pour mardi soir, nous avons déjà 20 réservations. Ce sont les derniers clients que nous avions eu avant le confinement. Ils nous avaient dit: si on survit on se retrouve le jour de la réouverture."
Nathan: "Pour mardi soir, nous avons déjà 20 réservations. Ce sont les derniers clients que nous avions eu avant le confinement. Ils nous avaient dit: si on survit on se retrouve le jour de la réouverture." Photo M.D

Comment voient-ils la saison d'été?

S'ils ont choisi de rouvrir le 17 avril dernier, en vente à emporter, Catherine et Nathan ne regrettent pas cette décision.

"Nous n'avons pas gagné d'argent, en fait nous avons réalisé à peine 15% de notre chiffre d'affaires habituel."

"Mais nous avons créé du lien, et fait une reconquête d'une clientèle locale. Très consciente des difficultés que nous traversions, des Niçoises et Niçois ont joué le jeu, et nous les remercions. Nous espérons que cette volonté de privilégier le petit commerce local, les circuits courts se poursuivra."

Ils ont conscience que les semaines à venir seront difficiles, car l'été, ce restaurant indien du Vieux Nice travaille à 70% avec les touristes étrangers. Et le restaurant devra tourner avec un tiers de couverts en moins.

"Nous maintiendrons la vente à emporter. A midi on proposera une formule adaptée à des piques niques sur la plage, dès que celles ci ne seront plus en mode dynamique. Et nous serons ouverts midi et soir, avec deux services, six jours par semaine. On y croit," glisse Nathan avec un large sourire.

Ce mardi leur serveuse sera de retour après plus de deux mois et demi de chômage partiel.
Puis leur aide de cuisine suivra.

"Pour mardi soir, nous avons déjà 20 réservations. Ce sont les derniers clients que nous avions eu avant le confinement. Ils nous avaient dit: si on survit on se retrouve le jour de la réouverture."

Ils ont tenu leur promesse.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.