“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. "C'est un cri de détresse que je lance": le doyen des maires des Alpes-Maritimes veut que les Azuréens viennent visiter son village

Mis à jour le 16/12/2019 à 21:10 Publié le 16/12/2019 à 21:00
Charles Buerch.

Charles Buerch. Photo M.M.

VIDEO. "C'est un cri de détresse que je lance": le doyen des maires des Alpes-Maritimes veut que les Azuréens viennent visiter son village

A 88 ans, Charles Buerch est le doyen des maires des Alpes-Maritimes. L'élu lance un appel pour que les Azuréens viennent découvrir son village et l'auberge, seul commerce de la commune, pour continuer à la faire vivre.

"J'ai toujours cru que mon village avait une vocation touristique." Charles Buerch arpente les rues de son village, l'oeil attentif. Elles sont désertes, ce matin de décembre. Mais le pavé est bien droit, les maisons bombent leurs façades rénovées, et le panorama est à couper le souffle.

A 88 ans, Charles Buerch est le doyen des maires des Alpes-Maritimes. Il a passé près de 40 ans à réhabiliter son village, à le rénover, le paver, l'embellir, le fleurir. Mais pas que. "Je me suis battu pour la route, mètre pas mètre. Si les gens ont peur de la route, ils ne viennent pas." L'octogénaire regarde dans le vide, au-dessus d'un garde-corps.

La route, c'est cette section de sept kilomètres qui part de Pont-de-Clans, en contrebas. Sept kilomètres de goudron qui serpentent jusqu'à Bairols. Ce village perché sur une crête, comme dans un dessin animé.

"Un cri du coeur"

Le village est rutilant, la route est sécurisée. Une mairie flambant neuve a été inaugurée cette année, ainsi qu'un jardin d'enfant.

Mais ce qu'aimerait le maire, surtout, c'est y voir des gens déambuler.

Bairols compte une cinquantaine d'habitants à l'année. "Des sédentaires qui travaillent à Nice ou Carros", précise Charles Buerch. En tout, une centaine de personnes sont recensées dans le village.

"Une fois, j'ai eu une page entière dans Nice-Matin. Et les gens sont venus!", se rappelle l'élu avec enthousiasme.

Et d'évoquer cette autre fois où Bairols a été mis à l'honneur dans un magazine féminin. "Les gens arrivaient pas vagues de 7 ou 8, c'était incroyable! On a mis des tables dans les rues pour que tout le monde puisse s'installer."

Et ces gens qui déambulent, le maire aimerait les voir pousser la porte de l'auberge du Moulin, le seul commerce du village.

"C'est un cri du coeur, c'est un cri de détresse que je lance. Ma joie, c'est quand je vois que mon village vit. Que des gens se promènent dans les rues. Etre maire, ce n'est pas que faire de belles réalisations, de beaux gites, de belles rues, il y a la vie, tout simplement, au village. Venez déjeuner à l'auberge. Venez nous aider à la garder ouverte. Si vous venez, je vous garantis que vous serez merveilleusement accueillis et que je vous raconterai l'historique de Bairols en détail."

Bairols est aussi appelé "le village dans le ciel". La vue y est imprenable. Quant à savoir si l'on y mange bien... Il faudra emprunter la route qui serpente depuis la vallée pour le découvrir.

Une vue aérienne de Bairols.
Une vue aérienne de Bairols. Photo Franck Fernandes

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.