Rubriques




Se connecter à

Victor Hugo aux Muses : une place achetée, une place offerte

Cette semaine, c’est Victor Hugo sinon rien !

Publié le 15/03/2019 à 10:14, mis à jour le 15/03/2019 à 10:14
Illusions Nocturnes de Pascal Lacoste, mis en scène par Juliette Moltes, est présenté jusqu’à dimanche 17 mars.	 (DR)
Illusions Nocturnes de Pascal Lacoste, mis en scène par Juliette Moltes, est présenté jusqu’à dimanche 17 mars. (DR)

Cette semaine, c’est Victor Hugo sinon rien ! Et le bon plan Monaco-Matin : pour une place achetée, une place offerte par le théâtre des Muses.

Illusions Nocturnes, sorte de comédie musicale contemporaine, met en scène six comédiens qui racontent l’histoire d’une bande de jeunes à Paris, en 1939, décidant de créer dans une ancienne imprimerie, le cabaret du siècle ! Pétri d’ambitions, d’idéalisme, d’amour de la scène mais sans ressources financières, l’initiateur du projet, un artiste visionnaire revenu de Broadway, s’entoure d’une jeune et jolie serveuse ancienne prostituée, d’un éclairagiste poète, d’un peintre révolutionnaire et d’une jeune Polonaise chanteuse des rues qu’il engage pour assurer le spectacle.

Tous ces artistes qui évoluent dans un climat d’entre-deux-guerres, avec l’urgence de vivre et la montée du nazisme en toile de fond vont se reconnaître dans leur quête commune, la création des « Mandragores », ce cabaret qui, chaque soir, offrira au peuple un lieu de fête et de joie.

 

Si Anthéa Sogno, directrice artistique du Théâtre des Muses, a éprouvé un coup de cœur particulier en découvrant cette compagnie lors du dernier Festival d’Avignon, c’est que cette aventure lui « rappelle un peu la création du Théâtre des Muses il y a sept ans, déjà ».

« C’est une pièce enlevée et drôle, touchante et émouvante durant laquelle les spectateurs fredonnent, sourient, rient, et au détour d’une phrase se laissent prendre par l’émotion », assure-t-elle.

Chaque jour le spectacle est précédé par : Pyrénées ou le voyage de l’été 1843 de Victor Hugo, véritable récit intime interprété par Julien Rochefort dans une adaptation et mise en scène de Sylvie Blotnikas qui fait revivre le poète, âgé de 41 ans.

« Hugo est un maître, un géant dont on ne se lasse pas de relire les romans, les poèmes, les pièces, souligne Anthéa Sogno. Julien Rochefort aime passionnément ce génie engagé, entier, complexe, subtil et rêvait de faire entendre ce texte si particulier, d’une beauté magistrale, plein d’humour dont le dénouement bouleverse. »

 

Voilà qui nous donnera une petite sensation de Festival d'Avignon avec deux spectacles très différents qui se suivent dans la soirée de vendredi 15 et samedi 16 ainsi que la matinée de dimanche 17 mars, et la possibilité de cumuler les deux spectacles en profitant du Pass, 2 spectacles dans le week-end.

Entre les deux pièces, comme toujours aux Muses, verre de l’amitié et grignotage avec les artistes seront offerts afin de favoriser les échanges.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.