Rubriques




Se connecter à

Venturi, et la lumière fut !

Déclaré vainqueur sur tapis vert trois heures après l’arrivée de l’ePrix de Hong Kong, hier, Edoardo Mortara a imposé pour la première fois une monoplace électrique « made in Monaco »

Gil LéoN Publié le 11/03/2019 à 10:28, mis à jour le 11/03/2019 à 10:28
Grâce au « king » de Hong Kong, Edoardo Mortara, Venturi embrasse sa première victoire en Formule E.
Grâce au « king » de Hong Kong, Edoardo Mortara, Venturi embrasse sa première victoire en Formule E. LAT

Une date historique ? Oui, plutôt deux fois qu’une ! Hier, Hong Kong accueillait le 50e ePrix de la jeune histoire de la Formule E. Un virage qui a récompensé la fidélité et la persévérance de Venturi. Enfin !

Engagé dans le championnat des monoplaces électriques depuis sa genèse, en 2014, le constructeur monégasque vient donc de trouver la lumière grâce à son pilote survolté Edoardo Mortara. Première victoire !

Quel joli clin d’œil du destin ! Un an après avoir raté de justesse la plus haute marche du podium dans la cité asiatique - à cause d’un tête-à-queue survenu en fin de course alors qu’il menait la danse -, l’Italo-Suisse est parvenu à propulser Venturi dans le cercle des teams victorieux en Formule E au même endroit.

 

Déjà 4e à Santiago du Chili le 26 janvier, puis 3e à Mexico le 16 février, celui-ci avait cette fois coupé la ligne d’arrivée en 2e position, dans le sillage de l’Anglais Sam Bird (à 1’’694).

Placé sous enquête suite à son accrochage deux tours plus tôt avec l’Allemand André Lotterer, alors leader mais contraint d’abandonner, pneu à plat, le fougueux pilote du team Virgin Racing se verra bien convié à gravir la plus haute marche du podium. Un bonheur éphémère puisqu’il sera ensuite pénalisé de 5 secondes et chutera ainsi en 6e position.

« L’auto progresse sans cesse »

Sur le circuit d’1,860 kilomètres tracé dans les rues de l’ancien comptoir britannique, le Petit Poucet monégasque s’est permis là de terrasser tous les géants de l’industrie automobile évoluant en Formule E : Mercedes, Audi, Nissan, BMW, DS, Jaguar...

 

« Réaliser que j’ai gagné, c’est un frisson très fort », pouvait jubiler le natif de Genève (32 ans), vainqueur en série dans la cité voisine de Macao (2 victoires en F3, 3 en GT !). « On dirait que les grandes courses organisées dans le coin m’aiment bien ! Je viens de vivre un week-end merveilleux. Impossible d’être plus heureux ! L’équipe a accompli un travail remarquable. Son dur labeur trouve là un juste dénouement. Nous sommes partis d’assez loin lors de cette saison 5, mais l’auto progresse sans cesse. Ce résultat est pour les gens qui bossent dur à Monaco et en déplacement. Je sais que cela les motivera encore plus. Vivement la suite ! »

Felipe Massa, le coéquipier brésilien de Mortara recruté il y a six mois, a lui aussi accompli une course solide en gérant parfaitement son énergie. De quoi décrocher la 5e place.

« Cette première victoire est un moment très important pour l’équipe », ajouta Susie Wolff, team principal comblée. « Notre président, Gildo Pastor, a cru en nous. Il nous a fait confiance. Alors, c’est une grande fierté pour nous tous de lui rapporter ce trophée. Nous avons clairement profité de la malchance des autres ici. C’est aussi ça, la compétition. C’est parfois cruel, et Venturi en sait quelque chose pour avoir traversé des passes difficiles. »

Mortara pointe au 3e rang du championnat pilotes, à seulement 2 longueurs de Bird, désormais en tête, tandis que Venturi occupe la 4e position chez les constructeurs.

Quant à la prochaine échéance, elle est fixée le 23 mars... encore dans les parages. Rendez-vous à Sanya (Chine).

 

On remet ça, Edoardo ?

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.