“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Variation(s) sur la fontaine de Marcel Duchamp

Mis à jour le 05/06/2017 à 05:10 Publié le 05/06/2017 à 05:10
Saâdane Afif, présentant son travail dans les salles de la Villa Sauber qui abrite «The Fountain Archives» jusqu'à l'automne.

Saâdane Afif, présentant son travail dans les salles de la Villa Sauber qui abrite «The Fountain Archives» jusqu'à l'automne. Manuel Vitali/Dir'Com

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Variation(s) sur la fontaine de Marcel Duchamp

À la Villa Sauber, le Nouveau Musée National propose une réflexion sur la notion d'archives, avec notamment le travail de Saâdane Afif, questionnement obsédant sur une œuvre

En 1917 à New York, Marcel Duchamp provoque la Society of Independant Artists dont il est membre en proposant une œuvre constituée d'un urinoir renversé pour repousser les limites de l'art.

Sa Fountain, va devenir l'une des icônes de la création contemporaine. Et Duchamp sacralisé figure de l'art du XXe siècle avec ce ready made. Cent ans plus tard, l'urinoir renversé fait encore parler. Il est le sel d'un projet conceptuel présenté à la Villa Sauber jusqu'en octobre.

En collaboration avec le Centre Pompidou, le NMNM a ouvert ses salles à l'artiste français Saâdane Afif pour une variation sur le thème de la fontaine de Marcel Duchamp.

« Cette œuvre ne s'est jamais éteinte. Elle est encore discutée comme si elle était née hier et suscite toujours des commentaires très intéressants » détaille l'artiste pour expliquer pourquoi depuis 2008 il a commencé un travail patrimonial autour de la Fountain. Collectant compulsivement tous les ouvrages ou l'œuvre est évoquée ou reproduite.

L'œuvre dans l'œuvre

Ces pages, il les déchire et les encadre méticuleusement. C'est ce qu'on découvre dans la première salle. Comme un enquêteur qui épinglerait au mur tous les indices de sa traque. « Chacune de ces pages est un fragment, un point de vue sur l'œuvre de Duchamp », piochées dans quelques 900 ouvrages.

Cette matière, Saâdane Afif a choisi d'en faire une installation dans la deuxième partie de l'exposition. Des rayonnages de bouquins mis sous cloche pour faire écho à la Fountain. « L'accumulation de tous ces livres, c'est une partie passive de l'œuvre. Un ensemble de livre, sans l'objet qui les a réunis». L'installation, toujours en mouvement, devrait se stopper à 1 001 bouquins.

Une réflexion aussi sur la façon de regarder qui obsède le travail de Saâdane Afif.

C'est l'idée d'ailleurs de la troisième partie de ce projet baptisé The Fountain Archives, où le concepteur collecte l'archive dans l'archive en découpant tous les articles de presse qui parle de sa démarche et reproduisent la photo originelle de l'œuvre de Marcel Duchamp.

Soixante-dix-neuf pages sont déjà consignés. Une mise en abyme dans laquelle cet article pourrait même finir…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.