“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Union Monégasque veut une enquête sur la responsabilité politique du dossier Apolline

Mis à jour le 21/12/2017 à 05:09 Publié le 21/12/2017 à 05:09
Les candidats de la liste UM recevaient hier pour une réunion publique à la Condamine.

Les candidats de la liste UM recevaient hier pour une réunion publique à la Condamine. CV

Union Monégasque veut une enquête sur la responsabilité politique du dossier Apolline

Jamais avare de déclarations coup de poing, le groupe Union Monégasque réunissait hier soir ses sympathisants à la Bodeguita, dans une ambiance de café du commerce, pour faire état de quelques-unes de leurs volontés s'ils sont élus.

Jamais avare de déclarations coup de poing, le groupe Union Monégasque réunissait hier soir ses sympathisants à la Bodeguita, dans une ambiance de café du commerce, pour faire état de quelques-unes de leurs volontés s'ils sont élus.

Parmi celles-ci, la demande d'ouvrir une commission d'enquête pour déterminer la responsabilité politique sur le dossier des Jardins d'Apolline. « Pour savoir où ça a dysfonctionné », plaide Jean-François Robillon. « Pendant deux ans et demi, aucune décision politique n'a été prise. Une commission d'enquête : c'est la seule manière adulte de régler ça. Les remises à niveaux auraient coûté moins chères il y a deux ans et demi. Je ne demande pas que quelqu'un soit fusillé en place publique, mais savoir où ça n'a pas fonctionné. Sinon, demain on pourrait refaire les mêmes bêtises. Ce sera plus sain pour l'avenir .»

Un propos que partage Jean-Louis Grinda qui déplore que, pour l'heure, « il n'y a pas les instruments démocratiques institutionnels qui permettraient d'avoir une commission d'enquête indépendante en Principauté. Il faudrait pourtant qu'on ait la possibilité, dans une démocratie adulte, d'avoir une commission de contrôle indépendante. Le prince le disait d'ailleurs dans une récente interview, il ne faut pas avoir peur de la vérité ».

Dans un autre registre, les candidats ont rappelé hier soir leur volonté de voir se développer un fonds pour sécuriser les retraites de la fonction publique dans les années à venir. « On demande que l'État réfléchisse sur une manière de financer hors budget la retraite des fonctionnaires », lance Jean-François Robillon, « sans qu'en aucun cas on ne change la cotisation des fonctionnaires , complète Jean-Louis Grinda. Ce que l'on veut, c'est que l'État "cotise" à son tour ».


La suite du direct