“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une visite guidée sur les traces de la Préhistoire

Mis à jour le 10/08/2019 à 10:14 Publié le 10/08/2019 à 10:14
La température moyenne de la grotte est de 18,5 degrés.

La température moyenne de la grotte est de 18,5 degrés. S.C.

Une visite guidée sur les traces de la Préhistoire

Située au Jardin exotique, la grotte de l’Observatoire est le cadre idéal pour une visite sportive tout en fraîcheur. On dévale les 300 marches pour arriver à 60 mètres sous terre

Rendez-vous à 100 mètres de profondeur. La grotte du Jardin exotique, dite de l’Observatoire, avoisine les 18 degrés. Appréciable en ces temps de chaleurs estivales. Une fraîcheur qui se paie au prix de 300 marches à descendre, et donc à remonter.

Grotte découverte en 1916

La descente commence avec Bastien, le guide du jour, qui ouvre la marche. Il préfère prévenir : « Prenez votre temps pour descendre. » En effet, des gouttes d’eau suintent sur les parois de calcaire, rendant les marches un brin glissantes. Chaque recoin est un émerveillement, comme l’entrée naturelle de la grotte découverte en 1916. Des ossements ont été retrouvés par des spéléologues, datant de la préhistoire. Les hommes préhistoriques qui vivaient dans les grottes Grimaldi, près de la frontière italienne, venaient stocker leur nourriture dans cette grotte. Des ossements principalement de boucs qui sont aujourd’hui visibles au Musée d’anthropologie.

60 mètres sous terre

Clou du spectacle : la salle des cathédrales. Elle doit son nom aux spéléologues lors de leur découverte. « Cette stalagmite vous fera penser à une cathédrale et en face, vous pouvez voir une autre stalagmite représentant à la Vierge Marie tenant Jésus dans ses bras », montre de sa lampe torche Bastien, le guide du jour. C’est à l’imagination de chacun.

Dans cette salle à 60 mètres sous terre, les stalagmites flirtent avec les stalactites pour ne former qu’un : des colonnes. Certaines ont plus de 90 000 ans. À savoir que les concrétions mettent longtemps à se former. Il faut compter un centimètre pour cent ans.

« L’âge de la grotte est estimé entre 400 000 et 500 000 ans. Elle est ouverte au public depuis 1950. Lorsque les premiers spéléologues l’ont trouvée, il faisait 34 degrés à l’intérieur. Avec sa disposition géographique, elle est l’une des grottes les plus chaudes d’Europe », explique le guide. Si, aujourd’hui, il y fait plus frais, c’est grâce justement au passage touristique et à la ventilation naturelle.

Cascades de calcaire

Lors de la remontée, Bastien fait découvrir aux touristes la couleur naturelle du calcaire, un blanc limite translucide. « La grotte contient beaucoup d’oxyde de fer et c’est cela qui donne une couleur plutôt orangée aux concrétions », détaille-t-il. Les cascades de calcaire ressemblent à s’y méprendre à de la cire de bougie fondue. Impossible d’entrer dans la « salle des fistuleuses », de fines stalactites en tube, pour cause de travaux. Pas de quoi décevoir les explorateurs du jour, émerveillés par les différentes formes des minéraux. Ils profitent de la vue qu’offre le pont au-dessus de la salle des cathédrales. Cela leur ferait presque oublier les 300 marches à remonter.

Comptez une trentaine de minutes pour la visite. Le billet acheté à l’entrée donne droit à la visite du jardin, de la grotte et du Musée d’anthropologie. L’occasion de fouiller toute une journée dans l’histoire de la Principauté.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.