“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une université pour transmettre le savoir du yachting

Mis à jour le 13/07/2018 à 05:11 Publié le 13/07/2018 à 05:11

Une université pour transmettre le savoir du yachting

Avec un chantier naval sur le point d'ouvrir ses portes à La Seyne-Toulon et un appel d'offres remporté à Marseille, Monaco Marine ne chôme pas en cette année 2018.

Avec un chantier naval sur le point d'ouvrir ses portes à La Seyne-Toulon et un appel d'offres remporté à Marseille, Monaco Marine ne chôme pas en cette année 2018. Autre projet mené par la société monégasque : la création de la Monaco Marine University en mars dernier pour transmettre des savoir-faire uniques liés à des années d'expérience, de travail de la matière, d'adaptation à des contraintes techniques très fortes. « Le catalogue de formations destiné à des apprenants est articulé autour de plusieurs axes principaux : la sécurité, le management, le savoir être et les compétences comportementales », détaille François Vila, responsable marketing et communication de Monaco Marine. Ces cours-là sont dispensés en mode présentiel et par Internet. Convaincu que la formation est un levier pour la croissance et l'excellence, Monaco Marine veut « permettre à un tissu de petites et moyennes entreprises et d'artisans de pérenniser leurs activités sur le très long terme en formant leurs collaborateurs et en les accompagnant sur la transmission de leurs savoirs. »

En interne, les forces vives de la société monégasque bénéficient déjà de ce nouveau centre de formation. En externe, les nombreux sous-traitants pourront également bénéficier de cet outil. Ils n'ont, en effet, ni la possibilité financière, ni la capacité technique de le mettre en place. « Le secteur de l'intérim peut également bénéficier de ces formations. Enfin, les équipages présents sur plusieurs mois dans les chantiers pendant les périodes de refit se verront notamment proposer des ateliers sur la langue et la cuisine françaises. »


La suite du direct