“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Une touche d’espoir dans notre souffrance": certains se réjouissent du passage de l'A8 à 90km/h

Mis à jour le 08/08/2018 à 08:20 Publié le 08/08/2018 à 07:10
Alain Roux fait partie d’un collectif de riverains à Cagnes qui réclame depuis des années le passage de l'A8 à 90km/h.

Alain Roux fait partie d’un collectif de riverains à Cagnes qui réclame depuis des années le passage de l'A8 à 90km/h. Photo D.A.

"Une touche d’espoir dans notre souffrance": certains se réjouissent du passage de l'A8 à 90km/h

Vinci Autoroutes ne veut pas investir sans contrepartie dans un système de régulation de vitesse sur cette portion de l’A8. Du coup, le préfet a décidé d’autorité d’abaisser la vitesse de 20 km/h.

Alain Roux fait partie d’un collectif de riverains à Cagnes-sur-Mer qui réclame depuis des années cette mesure.

>> LIRE AUSSI. 5 questions qui se posent sur la limitation de l'A8 à 90km/h

"C’est une très bonne nouvelle", souffle d’aise Alain Roux, qui est membre du Collectif des riverains de l’avenue des Chênes, une rue résidentielle de Cagnes-sur-Mer dont les immeubles donnent sur l’A8.

Cela fait tellement d’années qu’il attend cette annonce, "on espérait que ça". Même si pour lui, le problème global des nuisances de l’autoroute et aussi de la ligne de chemin de fer est loin d’être réglé.

>> RELIRE. L'A8 limitée à 90 entre Antibes et Nice-Saint-Isdore: Vinci Autoroutes s'explique

"Notre association est ravie d’une telle décision. Enfin, nous sommes pris en compte face à l’inconfort de la proximité de ces axes de transport. Derrière tout cela, il y a des vies humaines et de la souffrance. Avant c’était tabou de dire que le bruit et la pollution tuaient. Aujourd’hui, on entend cela tous les jours dans les médias."

Pour lui, cela fait bien longtemps que les choses auraient dû bouger: "On a la technologie pour mieux faire. On a des solutions, mais apparemment pas le financement! Une mesure aussi simple à mettre en place aurait dû l’être il y a des années".

Lui et ses voisins attendent toujours "la prochaine fournée" de murs antibruit. Car "le revêtement antibruit a coûté beaucoup d’argent pour rien. Cela n’a rien changé. C’est une mesurette, il faudrait le refaire tous les ans."

Selon lui, "le passage à 90 km/h sera plus significatif en terme de lutte contre les nuisances sonores. Enfin on croise les doigts."

Alain Roux estime que "c’est une touche d’espoir qui pourrait permettre à beaucoup de gens de se mobiliser pour enfin trouver une solution globale au fléau urbain qu’est devenue l’autoroute".


La suite du direct