“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une suite Princesse Grace à l'hôtel de Paris

Mis à jour le 30/11/2017 à 05:02 Publié le 30/11/2017 à 05:02
Accueillis par un portrait de leur mère, le souverain et sa sœur, la princesse Stéphanie, ont découvert les lieux guidés par le  président-délégué de la SBM, Jean-Luc Biamonti et Didier Boidin, directeur général des opérations hôtelières.

Une suite Princesse Grace à l'hôtel de Paris

Le souverain a inauguré, mardi soir, cet espace unique de 910 m2 au sein du palace, avec deux chambres, trois terrasses et une piscine privée qui en font la plus vaste suite de la Riviera

Une vue en cinémascope embrassant le port Hercule, la Méditerranée et le Rocher avec son palais en ligne de mire. Le plan est hollywoodien. Comme un clin d'œil.

C'est le joyau des palaces de la Principauté. Elle demeure le personnage emblématique de Monaco.

L'hôtel de Paris vient d'inaugurer sa suite Princesse-Grace. L'alliance entre l'iconique princesse du pays et l'établissement a été scellée par ses enfants, le prince Albert II et la princesse Stéphanie qui ont baptisé les lieux, situés dans l'aile Rotonde, mardi soir.

La suite fait partie des nouveaux espaces créés dans l'hôtel de Paris, toujours en travaux. Et ses dimensions donnent le pouls de sa singularité : 910 m2 d'espace privé pour les locataires des lieux, situés entre le 7e et le 8e étage.

Comme une maison bourgeoise

À l'intérieur, un grand espace de vie, trois salons, une salle à manger, une cuisine, deux chambres, un bureau sur 470 m2. Complétés par un patio et 440 m2 de terrasses extérieures où, avec une certaine fantaisie, a été logée une piscine chauffée à débordement. Unique en Principauté.

Sur cette terrasse panoramique, pour profiter de la vue mer à 180 degrés, il y a aussi un jacuzzi en granit noir du Zimbabwe flammé.

Un exemple des matériaux nobles qui ont été employés pour bâtir cette suite qui affiche des dimensions exceptionnelles pour la Côte d'Azur. Sur les portes on remarque de la fine marqueterie de paille. Dans la salle de bains, le hammam dispose d'une baie vitrée vue mer. La pierre naturelle, le marbre, le cuir équipent les lieux à la fois design et classiques.

C'était la volonté de la Société des Bains de mer de donner à cette suite aux proportions vertigineuses, « une atmosphère cosy et raffinée » souligne Daniel Lambrecht, directeur immobilier et maître d'œuvre des lieux, comme une maison bourgeoise du XXIe siècle.

Tout en y insérant par touche le souvenir de la princesse Grace.

Des objets de la princesse

Dans cette entreprise, le Palais princier, complice, a proposé quelques photographies et objets évoquant la princesse. Dans le lobby, une photo de sa rencontre avec le prince Rainier. Dans l'escalier qui mène à l'étage, un portrait à l'huile la représentant. Dans le patio, des roses « Grace » arborent les jardinières. En souvenir de celle qui aimait tant les fleurs.

L'ancien hôtel de Paris comptait une suite Churchill parmi ses pépites. Mais l'image de l'historique Premier ministre anglais, fidèle de la Principauté, est moins glamour que l'éternelle Princesse Grace qui n'avait pas encore de suite dans un palace de son pays d'adoption.

Aujourd'hui, l'hôtel est encore en travaux pour une année avant sa réouverture totale en décembre 2018.

À cette date, une seconde suite, aux proportions tout aussi herculéennes doit ouvrir, donnant cette fois-ci sur la place du Casino. Son nom reste pour l'instant secret. Pour l'heure, les clients intéressés peuvent déjà disposer de la prestigieuse suite Princesse-Grace. Le prix d'un séjour dans ce petit paradis ? Entre 30 000 et 40 000 euros la nuit…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.