“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Une stratégie nationale de sécurité numérique

Mis à jour le 17/10/2016 à 05:10 Publié le 17/10/2016 à 05:10
Le contre-amiral Dominique Riban, aux Assises de la sécurité, qui se sont déroulées au Grimaldi Forum le 5 octobre dernier.

Le contre-amiral Dominique Riban, aux Assises de la sécurité, qui se sont déroulées au Grimaldi Forum le 5 octobre dernier. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une stratégie nationale de sécurité numérique

Le contre-amiral Dominique Riban a été nommé à la tête de l'agence monégasque de sécurité numérique. Son rôle : la prévention et la protection en cas de cyberattaque

Une loi sur la sécurité nationale votée le 6 juillet, des ordonnances souveraines vite publiées, des écoutes administratives possibles depuis le 26 septembre et maintenant une agence de cybersécurité…

L'agence monégasque de sécurité numérique a été créée par ordonnance souveraine le 23 décembre 2015. Le 5 juillet, avec Frédéric Fautrier, nommé directeur adjoint, le contre-amiral Dominique Riban était recruté pour piloter l'AMSN. L'ex-numéro 2 de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information à Paris a travaillé trois ans avec quelque cinq cents agents. Il était au service du Premier ministre français dans l'exercice de ses responsabilités en matière de défense et de sécurité nationale des systèmes d'information.

Le militaire, ancien officier de Marine, explique quel est le cahier des charges de l'agence monégasque, précisant d'emblée qu'il ne s'agit pas d'une agence de renseignements…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.