“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une soirée à la bougie en centre Var

Mis à jour le 20/01/2016 à 05:14 Publié le 20/01/2016 à 05:14
Quand il y a une panne de courant, rien de tel que l'éclairage à l'ancienne !

Quand il y a une panne de courant, rien de tel que l'éclairage à l'ancienne ! d'illustration Nice-Matin

Une soirée à la bougie en centre Var

Plus d'électricité, plus de réseau, plus d'Internet, plus de chauffage, plus de télé… Des allures de fin du monde apocalyptique pour les jeunes qui n'ont jamais connu le coup de la panne.

Plus d'électricité, plus de réseau, plus d'Internet, plus de chauffage, plus de télé… Des allures de fin du monde apocalyptique pour les jeunes qui n'ont jamais connu le coup de la panne.

L'enfer sur terre, à la vue de ces écrans désespérément noirs. Inertes. Karen Mercier, comme d'autres mères de famille, remercie EDF : « Ma fille est enfin sortie de sa chambre ! » Des retrouvailles en famille, au coin du feu. Sous d'épaisses couvertures, à la lueur de la bougie… ou du smartphone ! Les anciens se souviennent d'un temps, pas si lointain, où les coupures de jus étaient monnaie courante. Ainsi, et dans l'ensemble, les résidents du centre Var étaient plutôt de nature à s'en amuser.

Gérard(1), Le Val, sait qu'il pourra rattraper sa soirée L'Amour est dans le pré en version replay. Quant au dîner, pas de soucis pour lui, ça gaz(e) ! D'autres, du côté de Pourrières, ont justement sorti la gazinière de camping. Pas le temps de l'allumer que le courant renaît. Fiat lux. Et la lumière fut. Ce luxe qui en fait oublier les petits plaisirs simples d'autrefois. « C'est si romantique, une belle soirée au coin du feu, un dîner aux chandelles, un téléphone sans wifi », jubile Servane Grisot, Brignolaise.

Jean-Marc, le poète à la guitare en bandoulière ne contredira pas : « Comme il faisait un peu froid, elle rentra ses menottes dans la grande poche de mon peignoir et je posais les miennes, encore chaudes d'avoir égrené quelques accords et quelques arpèges, contre ses joues. »

Du coup, Bénédicte ne peut s'empêcher d'en conclure « qu'il y aura vers la mi-octobre un petit pic de naissances dans la région ! »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct