Rubriques




Se connecter à

Une série animée à disposition des écoliers monégasques pour l'apprentissage du français

Il s’agit d’un tout nouvel outil pédagogique destiné aux élèves de CM1 et CM2 de la Principauté. Appelé My Class, il met le numérique au service de l’apprentissage ludique du français.

Marie Cardona Publié le 09/04/2021 à 15:44, mis à jour le 09/04/2021 à 15:44
Une démonstration était organisée, jeudi, avec des élèves de CM1 et leurs professeurs à l’école Saint Charles, en présence du prince Albert II, de Patrice Cellario, conseiller de gouvernement - ministre de l’Intérieur et Isabelle Bonnal, commissaire général chargée de l’Éducation nationale. Photo Jean-François Ottonello

Ils s’appellent Grammy, Graphy, Lexico et Conjugo. Ils sont orange, rose, vert et jaune. Ces "gardiens de la Grammaxie" seront bientôt les meilleurs alliés de vos enfants pour apprendre leurs leçons de français.

Bienvenue dans l’univers de My Class, un nouvel outil pédagogique spécialement conçu pour les élèves de CM1 et CM2 de Monaco. Ce nouveau support d’apprentissage, qui se veut moderne et innovant, était présenté jeudi à l’école Saint Charles. Son but: enseigner les règles de français en s’amusant.

Les codes de l’univers du dessin animé

"Lorsque mon fils est arrivé en CM2 et qu’il fallait l’aider à faire ses devoirs, je me suis aperçu que j’étais perdu et qu’il n’existait pas de support pour m’aider, raconte Philippe Denain, le fondateur. Il avait également des problèmes de concentration en classe." En revanche, "il était totalement absorbé par les dessins animés".

 

Alors, le père de famille a eu une idée: "Et si on arrivait à ce que nos enfants soient concentrés en classe comme ils le sont devant leurs séries préférées". C’est de cette volonté que My Class est né.

En empruntant tous les codes de l’univers des dessins animés qui captivent tant les enfants, cet outil pédagogique destiné aux instituteurs et aux parents (pour les devoirs à la maison) plonge les élèves dans l’histoire de Cerveau City.

Le scénario est simple et réaliste, pour que l’enfant puisse s’identifier rapidement. "Nous sommes dans une salle de classe. Le maître pose une question à Sacha, qui ne sait pas répondre. On entre alors dans le cerveau de l’enfant pour voir ce qu’il s’y passe", raconte Virginie Santels, directrice marketing de My Class.

Photo Jean-François Ottonello.

Des vidéos pour 64 fondamentaux

C’est là que les gardiens de la Grammaxie entrent en jeu. Leur rôle: dispenser les cours théoriques aux élèves, tantôt sur la grammaire, l’orthographe, le vocabulaire ou la conjugaison.

 

Car outre l’aspect ludique, il s’agit bien là d’apprendre des leçons.

"Il y a en CM2, 64 fondamentaux que les enfants doivent absolument connaître. Nous avons donc pris un par un tous les exercices qui ont été écrits par les professeurs de l’Éducation nationale, puis envoyés à nos scénaristes à Paris, avant d’être transmis en production à l’agence d’animation 3 D, CGS, pour établir les dessins animés", détaille Philippe Denain.

Des exercices pratiques accompagnent chaque vidéo, ainsi qu’une "carte mentale", qui sert de support de cours en classe pour les instituteurs.
Le plus: les parents peuvent aussi bénéficier du package complet pour faire réviser les leçons à la maison. Il faut compter un euro pour chaque vidéo, disponible à loisir pendant 1 an.

À ce jour, dix vidéos sont déjà disponibles sur le site de My Class. "Dans les deux mois à venir, 10 nouvelles vidéos seront ajoutées. Les 64 tutoriels animés seront entièrement mis en ligne d’ici janvier 2022", précise Tania Petitmengin, project manager et directrice administrative de My Class.
Enfin, la plateforme ambitionne de proposer bientôt des contenus pour apprendre l’anglais et l’espagnol, mais aussi les maths et les sciences.

« C’est un outil complémentaire »

En février, une expérimentation de My Class a été lancée auprès de 12 classes de CM1 et CM2 de Monaco.

"Selon les modalités testées, les résultats de réussite ont augmenté de 64 % à 88 % après visionnage des vidéos", affirme Virginie Santels, de My Class.

Alors, que pensent les instituteurs de ce nouveau support pédagogique?

"Il s’agit d’un outil complémentaire à ceux que nous avons déjà en classe", note Fabrice Bancelin. "Les élèves adhèrent. Nous sommes face à des enfants qui sont nés dans l’univers numérique. Grâce à cet outil, la leçon devient moins abstraite", souligne Emmanuel Asso.
Et le premier de compléter: "Le professeur a un rôle essentiel pour guider les élèves dans la lecture de ces vidéos, par un questionnement à l’oral, des exercices d’application en groupe ou en individuel sur tablette."

Car l’élève peut également évoluer seul sur l’espace numérique et suivre les leçons à son rythme. "Cela rend l’enfant autonome dans son apprentissage et la nouveauté fait que le support est attirant pour eux. Au fil des épisodes, ils vont s’attacher aux personnages et pouvoir s’identifier à eux", projette Pascale Campi.

"C’est ce que l’on appelle l’éducation augmentée, par le numérique. Le numérique ne va pas se substituer au système actuel, il va l’augmenter en favorisant la créativité pédagogique de l’enseignant", conclut Isabelle Bonnal, commissaire général chargé de l’Éducation nationale.

Les enfants peuvent avancer à leur rythme en suivant les leçons sur leur tablette. Photo Jean-François Ottonello.

Un généreux mécène

3 millions d’euros. C’est le budget consacré à ce nouvel outil conçu en partenariat avec l’Éducation nationale.

"La minute de dessin animé est très chère, souligne le fondateur de My Class, Philippe Denain. Il faut compter entre 15 000 et 30 000 euros. Sachant que les épisodes font 10 minutes et qu’il y en a 64."

Un support d’apprentissage déployé dans l’ensemble des classes de la Principauté grâce au concours financier d’un généreux mécène, Mohammed Abdul Latif Jameel, président-directeur général du groupe ALJ, un collectif d’entreprises internationales fondé en 1945.

"Le groupe ALJ est présent à Monaco depuis 1978. Nous y avons investi, ainsi que dans le monde entier, dans des projets communautaires. Nous avons vu, en ce projet My Class, la possibilité de contribuer encore."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.