“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une saison 2018-2019 en Verdi et en Bartoli

Mis à jour le 19/04/2018 à 05:10 Publié le 19/04/2018 à 05:10
La présentation de la Saison à l'Opéra s'est faite en musique !

La présentation de la Saison à l'Opéra s'est faite en musique ! Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une saison 2018-2019 en Verdi et en Bartoli

Trois opéras de Verdi et une super-production du festival de Salzburg avec Cecilia Bartoli seront parmi les sommets de la saison

Deux somptueux bouquets dressés de part et d'autre de la scène de la Salle Garnier ont encadré hier cette cérémonie qu'on attend chaque année avec impatience : la proclamation de la nouvelle saison de l'opéra. (1)

Les chœurs ont introduit avec éclat la prestation de l'unique soliste de la matinée, à savoir le directeur de l'Opéra en personne, Jean-Louis Grinda. Celui-ci nous déroula comme le plus beau des chants le programme de sa saison 2018-2019.

Une saison à faire pâlir de jalousie bien des scènes lyriques internationales.

On y entendra trois opéras de Verdi :

- « Falstaff », repris dans la mise en scène réjouissante de Jean-Louis Grinda lui-même, dans laquelle celui-ci situe ses personnages dans un… poulailler

- « Otello » dans lequel on entendra pour la première fois en Principauté le grand ténor Grégory Kunde

- « Luisa Miller » donné sous forme de concert avec Roberto Alagna.

Une saison Verdi, donc.

Mais aussi une saison Bartoli. Car l'un des sommets de l'année sera la reprise de la super-production du festival de Salzburg de l'opéra « Ariodante » d'Haendel dans laquelle la diva aura un rôle de premier plan.

Une saison en Verdi et en Bartoli !

Mais ce n'est pas tout.

On assistera aussi à un « Samson et Dalila », mis en scène par Jean-Louis Grinda à l'occasion de la Fête nationale et à un « Enlèvement au Sérail » de Mozart, pour lequel le très inventif metteur en scène Dieter Kaegi transformera les personnages… en passagers d'un train. (Les grèves françaises de la SNCF seront certainement finies d'ici là !)

À part cela, on retrouvera l'extraordinaire Jean-François Zygel accompagnant au piano le film muet de la « Veuve joyeuse » d'Erich von Stroheim.

On aura droit aussi au cadeau rare d'un récital de la soprano Sonya Yoncheva.

Sonya Yoncheva est l'une des deux meilleures sopranos du monde, actuellement. L'autre est Anna Nebretko.

On a entendu l'une cette année, on entendra l'autre l'année prochaine.

Heureux que nous sommes !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.