“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Une réponse aux transformations que nous devons tous faire Le Palais princier alimenté par un biocarburant

Mis à jour le 30/04/2019 à 10:02 Publié le 30/04/2019 à 10:02
Le prince Albert II a été conquis par ce B100 utilisé au Palais princier et au domaine de Roc Agel.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une réponse aux transformations que nous devons tous faire Le Palais princier alimenté par un biocarburant

Le souverain a supervisé hier l’installation d’un nouveau protocole pour remplacer l’utilisation du fuel dans les chaudières du Palais par une huile de colza, renouvelable et bio

Un biocarburant 100 % végétal, 100 % durable, 0 % fossile. Nom de code : B100. Voilà le nouveau combustible qui alimente depuis hier les chaudières du Palais princier.

Un pas significatif et singulier pour réduire l’empreinte des besoins énergétiques souhaitée par le souverain. Qui a assisté hier après-midi, à la mise en action des chaudières de l’aile Ouest du Palais, désormais alimentée par cette huile de colza.

C’est la société Romano Energy qui s’est chargée de cette transition énergétique dans les sous-sols de la maison souveraine. Faisant le choix de ce biocarburant pour alimenter les chaudières existantes.

Comme le fuel domestique ou le gazoil

« Le procédé est assez simple, nous remplaçons le fuel domestique par un carburant de nouvelle génération, 100 % biologique, issu de l’éstérisation de l’huile de colza française. L’éstérisation consiste à enlever la glycérine de l’huile pour la rendre spécifiquement équivalente à une base gasoil. Ainsi ce carburant a les mêmes caractéristiques que le fuel domestique ou le gasoil. Mais il est utilisé sans aucun mélange avec un carburant fossile » détaille Grégory Romano, qui travaille depuis trois ans sur la mise en consommation en Principauté de ce biocarburant produit par le groupe Avril en France. Son challenge, après avoir obtenu l’accord du souverain en décembre, a été de pouvoir l’appliquer rapidement. « Les choses vont plus vite que nous le pensions grâce à l’énorme effort du souverain qui nous accompagne et qui est précurseur. La fédération française des négociants combustibles prévoit de n’utiliser ce produit que dans une vingtaine d’années. Toute la partie logistique, ainsi, n’existe pas encore en France. Il a fallu mettre énormément de pression sur nos partenaires pour arriver à ce qu’ils nous suivent » précise Grégory Romano.

En effet, le biocarburant produit en France (1 hectare de colza permet de coproduire 1000 litres d’huile) doit être produit avec des engins qui fonctionnent à l’énergie fossile puis acheminé vers Monaco. Un bilan carbone non négligeable mais compensé par les vertus de ce B100 par rapport à l’utilisation du fuel. En moyenne, il restitue 3,7 fois plus d’énergie que ne nécessite sa production.

70 % de gaz à effet de serre en moins

Pour l’utilisation dans une chaudière, le biocarburant produit 70 % de gaz à effet de serre en moins que le fuel. Et élimine la progression de particules fines dans l’air.

Financièrement, son tarif équivalent à celui du gaz et de l’électricité. Et techniquement, la société Climatherm s’est chargée d’adapter les chaudières au fuel du pays à ce nouveau combustible. « Ce ne sont pas de grands changements » explique Slobodan Milo, « il s’agit de nettoyer les cuves, les canalisations, filtrer les particules et adapter les brûleurs qui seront en contact avec ce biocarburant ». C’est l’atout principal mis en avant par les promoteurs de ce biocarburant : il ne nécessite pas de changer d’installation sur des chaudières d’ordinaire alimentées au fuel. Seules quelques adaptations sur le matériel existant sont nécessaires.

Si le Palais princier et le domaine des Grimaldi à Roc Agel fonctionnent désormais au biocarburant, plusieurs immeubles en Principauté sont entrain d’emboîter le pas. « Nous allons convertir une vingtaine d’immeubles à l’été à ces adaptations » continue Grégory Roman, « dont le Château Périgord et le Parc Saint-Roman qui sont en cours d’installation ». Avec le Palais comme premier client, il espère faire de Monaco « une vitrine, un moteur et un laboratoire à ciel ouvert » de cette technologie.

Cyril Dodergny
Les chaudières alimentent l’aile Ouest du Palais.
Slobodan Milo de Climatherm et Gregory Romano de Romano Energy sont les deux artisans de ce changement qui devrait notamment se développer dans une vingtaine d’immeubles en Principauté.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.