“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une princesse dans la nuit auprès des plus démunis

Mis à jour le 23/12/2017 à 05:17 Publié le 23/12/2017 à 05:17
À Nice, la princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles a distribué assiettes garnies et sandwichs avec les bénévoles des Anges Gardiens.

À Nice, la princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles a distribué assiettes garnies et sandwichs avec les bénévoles des Anges Gardiens. Jean-François Ottonello

Une princesse dans la nuit auprès des plus démunis

La princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles a accompagné les Anges Gardiens de Monaco lundi pour distribuer de la nourriture et des jouets à Nice. Une soirée pleine d'émotion pour tous

Il est 18 h 30, place des Moulins. Les bénévoles des Anges Gardiens de Monaco ont les coffres des voitures remplis de victuailles, comme chaque lundi lorsqu'ils partent à Nice nourrir et vêtir les plus nécessiteux. Sauf que cette semaine est la dernière avant Noël. Alors, en plus de la nourriture et des vêtements, il y aura des jouets et… la princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles. « Notre princesse de cœur : elle est là ! », lance Bruna Maule, présidente de l'association. Une princesse bienveillante et qui représente l'Ordre constantinien de Saint-Georges dont son mari, le prince Charles, est le Grand Maître.

La princesse a du cœur mais aussi du dynamisme. Alors avant de quitter Monaco, elle pose avec les bénévoles le temps de quelques prises de photos, et « Andiamo » ! Tout le monde s'agite pour porter les sacs pleins à craquer dans le grand coffre de la voiture des Anges Gardiens. Direction Nice.

« Une vraie princesse »

Un cortège de voitures arrive derrière l'église du port. Ils sont douze bénévoles et quatre étudiants. La princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles retrousse les manches. Elle sert les pâtes, distribue les sandwichs toujours avec le sourire et un petit mot pour chacun qui tend la main. « C'est une vraie princesse ; et elle nous sert, nous les perdus, les gens de la rue… Vous, Monaco, vous nous donnez le meilleur. Pourquoi faites-vous cela ? » Voici les mots que l'on entend autour de la princesse. Il y a des femmes avec des enfants en poussette, des étrangers, des Français, des réfugiés politiques. La plupart vont dormir dans la rue ce soir. Il ne fait que 4 degrés.

Pourquoi, oui, la duchesse de Castro fait-elle cela ? « La richesse, le bonheur, la chance, tout ceci ne revêt de sens que si nous faisons ce qui nous est possible pour les redistribuer autour de nous ; et ainsi essayer de jouer un rôle actif dans la solution aux terribles problèmes de ceux d'entre nous qui souffrent tant. »

« Un premier pas »

Et de poursuivre : « J'ai eu la chance de ne jamais avoir faim ou froid, et je fais de mon mieux afin qu'il en soit de même pour mes enfants. J'ai vu ce soir nombre d'enfants, bien plus jeunes que mes filles pour certains, qui eux n'ont pas eu cette chance. Si nous en avons la possibilité, nous nous devons de faire ce que nous pouvons pour changer cet état de fait. Je reste convaincue que le premier pas est le plus difficile à réaliser, et c'est ce que je m'efforce de faire. Un premier pas, si petit soit-il. Des gestes anodins tels que tendre une assiette de soupe à quelqu'un qui a faim et froid, donner un sac de couchage et une couverture a des gens qui dorment dehors, donner des jouets à des enfants, ces gestes simples comptent. L'espace d'un instant, les choses commencent à aller mieux. Charge à nous de faire en sorte que cela continue. »

S'il n'y a ni sapin ni crèche chez certaines familles, tout près d'ici, il y aura tout de même quelques cadeaux pour ceux qui ont croisé la route des Anges Gardiens. Des bénévoles qui seront encore, comme tous les lundis, ce 25 décembre à Nice…


La suite du direct