Une plongée dans l’histoire maritime régionale

La prospection archéologique officielle « OA 3711 » menée actuellement en rade de Villefranche-sur-Mer par les archéologues de la commission scientifique de la Fédération monégasque des activités subaquatiques (FMAS), avec les associations Anao, l’aventure sous-marine et Cressi Sub, commence à porter ses fruits.

Article réservé aux abonnés
Publié le 22/11/2019 à 10:15, mis à jour le 22/11/2019 à 10:15
De la vaisselle retrouvée dans la rade de Villefranche témoigne d’échanges commerciaux de l’époque.	(DR)
De la vaisselle retrouvée dans la rade de Villefranche témoigne d’échanges commerciaux de l’époque. (DR)

La prospection archéologique officielle « OA 3711 » menée actuellement en rade de Villefranche-sur-Mer par les archéologues de la commission scientifique de la Fédération monégasque des activités subaquatiques (FMAS), avec les associations Anao, l’aventure sous-marine et Cressi Sub, commence à porter ses fruits.

Malgré une météo capricieuse, des pièces archéologiques uniques viennent d’être mises à jour. Ces vestiges qui gisent dans les profondeurs et leurs découvertes renseignent sur les échanges commerciaux à travers la Méditerranée.

Un patrimoine enfoui

 

« Il reste encore des zones totalement vierges. La qualité des pièces archéologiques qui baignent actuellement dans l’eau douce est remarquable. Vaisselles de Catalogne, d’Espagne, du Portugal, de Provence, de Ligurie, des grandes villes d’Italie, d’Afrique du Nord… Sans oublier des verreries de Venise et autres pièces de marine en bronze… Un patrimoine rarissime sauvé des eaux par ces passionnés », souligne Guillaume Fassi, l’un des responsables des fouilles. Les nouveaux locaux, mis à disposition au port de la Darse de Villefranche par le Conseil départemental des Alpes-Maritimes, permettent d’assurer ces missions patronnées par le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines du ministère de la Culture.

« Ce travail scientifique est tout à fait passionnant. Nous soutenons ces chercheurs afin qu’ils sauvegardent l’histoire maritime de toute une région », souligne Jean-Marc Goiran, président de la FMAS.

D’ici à quelques mois, ces vestiges devraient être présentés dans plusieurs musées de la région.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.