“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Une messe en mémoire de Denis Ravera demain

Mis à jour le 03/04/2017 à 13:03 Publié le 03/04/2017 à 05:03
Denis Ravera.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une messe en mémoire de Denis Ravera demain

À l'occasion des dix ans du décès de l'ancien conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, une cérémonie est prévue à la cathédrale, ce mardi à 11 heures

Une messe sera donnée en mémoire de Denis Ravera, à l'occasion des dix ans de son décès, et à l'initiative de sa veuve Chantal Ravera, ce mardi 4 avril, à 11 heures, à la cathédrale.

Les Monégasques, mais aussi tous les Enfants du pays, salariés de Monaco et amis de la Principauté, se souviennent d'un conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, qui œuvrait avec conviction et grand cœur dans l'intérêt de tous.

Un serviteur de l'État, décédé le 11 avril 2007 des suites d'un cancer à l'âge de 58 ans, et auquel sa veuve, Chantal, veut rendre hommage par cette messe.

Fils de commerçants monégasques, Denis Ravera avait gravi les échelons de l'administration, jusqu'à être nommé conseiller auprès du ministre d'État chargé du cabinet, puis conseiller pour les Affaires sociales et la Santé. Un parcours exceptionnel au sein de la fonction publique pour lequel les Monégasques n'avaient qu'admiration et respect.

Aujourd'hui encore, ses anciens collègues et amis se souviennent.

« Un collègue et surtout un ami exemplaire »

« En tant que membre du Comité Olympique Monégasque, Denis Ravera a participé à de nombreux déplacements et aimait ces instants où il se retrouvait très proche des jeunes et des bénévoles, se rappelle Yvette Lambin. Avec nous, ses amis, il exerçait son humour des situations et sa bienveillance qui rendaient si attrayante sa compagnie. »

« Denis a toujours été l'exemple du haut fonctionnaire modèle, explique Henri Fissore, ambassadeur en mission auprès du ministre d'État. Sa gentillesse, ses connaissances et son autorité n'ont jamais été discutées. Il laisse un souvenir très fort chez tous ceux qui l'ont connu et qui ont pu apprécier sa manière de travailler, notamment avec les représentants des syndicats patronaux et ouvriers. Denis a été un collègue et surtout un ami exemplaire. »

« Très apprécié par les Monégasques du Rocher, ses collaborateurs, ses collègues du gouvernement princier, Denis reste un exemple pour tous, un homme de dialogue, généreux, fin négociateur et dont la plume traduisait de manière remarquable la finesse et le sens de ses réflexions », précise encore Franck Biancheri, ancien conseiller de gouvernement aux Finances notamment.

« Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs, Denis y a sa place, note, de son côté, Étienne Franzi. Comme moi, il était un enfant de Monaco-Ville et l'on sait que les amitiés d'enfance sont celles qui ne s'éteignent jamais. C'était un vrai ami. De ceux à qui l'on peut tout confier sans jamais craindre d'être trahi. »

Marc Allard n'oublie pas non plus son ami avec lequel il avait un lien quasi fraternel : « Je me souviens des moments merveilleux que nous avons passés ensemble en tête à tête, avec nos amis, avec nos familles. Il était plus qu'un ami ; il était un frère. Il sera toujours présent dans ma mémoire et au plus profond de mon cœur. »

Mardi, ce seront donc les amis et les collègues qui pourront se réunir en mémoire d'un homme qui restera l'un des grands conseillers de gouvernement que Monaco a connu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.