“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Une curiosité cap-d'ailloise

Mis à jour le 12/11/2016 à 05:07 Publié le 12/11/2016 à 05:07
Un très étonnant Cap-d'Aillois à poils attend les visiteurs dans la salle du fond.

Un très étonnant Cap-d'Aillois à poils attend les visiteurs dans la salle du fond. O.-V.M.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une curiosité cap-d'ailloise

On se souvient de la Librairie du Cap sur la Basse Corniche, à Cap-d'Ail, antre un peu mystérieuse pleine de livres anciens, porteuse d'une ambiance digne de la boutique d'antiquités de la Peau de Chagrin et tenue par un presque sosie de l'acteur Arthur Malet dans Hook.

On se souvient de la Librairie du Cap sur la Basse Corniche, à Cap-d'Ail, antre un peu mystérieuse pleine de livres anciens, porteuse d'une ambiance digne de la boutique d'antiquités de la Peau de Chagrin et tenue par un presque sosie de l'acteur Arthur Malet dans Hook. Eh bien, celle-ci a changé.

Le sosie d'Arthur Malet est toujours là mais les livres ont cédé la place - une grande partie tout du moins - à toute une foule d'objets hétéroclites, étonnants pour la plupart, anciens ou récents. Peu importe leur valeur intrinsèque. Ce qui compte, c'est que tout ce qui se trouve là suscite l'étonnement. D'où son nom de « Cabinet de curiosités »

Car c'est bien ce qu'est devenue la Librairie du Cap. Un panneau le signale d'ailleurs à l'extérieur, en français du côté descendant de la Basse Corniche, en anglais pour le sens montant.

Trois salles aux trésors

Dans cette caverne aux merveilles, on trouve tout ce qui a fait le succès de ces ancêtres des musées apparus à la Renaissance : des papillons aux couleurs iridescentes, des collections d'insectes fascinants ou inquiétants, des livres de voyages, des masques africains anciens ou du carnaval de Nice, des casques coloniaux, des objets étonnants, des coquillages, des objets jamais vus auparavant.

Chacune des trois salles renferme son lot de trésors qui réveillent dans chaque visiteur l'enfant avide d'aventures et de terres lointaines et inconnues. Et puis bien sûr, les animaux naturalisés sont présents, presque tous dans la salle du fond, autour d'un ours d'Amérique qui crée la surprise.

Alors bien sûr ce Cabinet de curiosités n'est pas un musée et tout ce qui s'y trouve est à vendre. Mais il serait dommage de ne pas s'y arrêter ne serait-ce que pour explorer l'univers plein de poésie que Gérard Gazzo a su y créer grâce à cette accumulation d'objets de tous horizons.

Des objets étonnants, parfois un peu effrayants, se découvrent dans les rayonnages.
Ce qu'on trouve là sent l'ailleurs, la découverte et les voyages…

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.