“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une cérémonie en 4 actes à Cap-d'Ail

Mis à jour le 12/11/2018 à 05:14 Publié le 12/11/2018 à 05:14
Les Terrasses Jean-Moulin ont accueilli la population en fin de matinée pour un moment de mémoire très émouvant.

Les Terrasses Jean-Moulin ont accueilli la population en fin de matinée pour un moment de mémoire très émouvant. O.-V.M.

Une cérémonie en 4 actes à Cap-d'Ail

Les cérémonies marquant le centenaire de l'Armistice se sont déroulées en quatre actes, de la mer à la montagne, de l'église à la mairie.

Les cérémonies marquant le centenaire de l'Armistice se sont déroulées en quatre actes, de la mer à la montagne, de l'église à la mairie. Tout a commencé en début de matinée sur le port de la ville où les élus, les officiels, le prêtre de la ville et les Anciens combattants ont déposé une gerbe devant la plaque commémorative de la capitainerie, en compagnie du personnel du port et des sauveteurs en mer. Puis, tout le monde a pris place dans le Saint Michel II, la vedette des sauveteurs en mer, pour aller jeter au large une gerbe de fleurs en mémoire des marins disparus de la 1e Guerre Mondiale. C'est vers la montagne que s'est ensuite déplacée la cérémonie pour un autre dépôt de gerbe au carré militaire du cimetière, sur la Tête de Chien. Élus, officiel et Anciens combattants ont alors rejoint le père de Quay à l'église Notre Dame du Cap Fleuri pour le troisième acte de ces cérémonies : une messe commémorative en mémoire des millions de morts tombés pendant la Grande Guerre. C'est sur les Terrasses Jean-Moulin qu'a eu lieu la dernière cérémonie de ce jour de mémoire avec un dépôt de gerbe devant le monument aux Morts. Sous un soleil timide, la population de la ville s'était déplacée en masse derrière les enfants de l'école André-Malraux qui ont entonné la Marseillaise. À noter la lecture émouvante par le maire des mémoires de guerre d'un poilu, Joseph Beck. C'était il y a déjà ou seulement cent ans… O.V.M.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.