“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un voyage des saveurs sous le chapiteau

Mis à jour le 25/11/2017 à 05:27 Publié le 25/11/2017 à 05:27
Il y en a pour tous les goûts sous le chapiteau de Fontvieille jusqu'à lundi soir.

Il y en a pour tous les goûts sous le chapiteau de Fontvieille jusqu'à lundi soir. Jean-François Ottonello

Un voyage des saveurs sous le chapiteau

Huîtres de Bretagne, fromage de brebis du Pays Basque, panettone du Piémont, huile d'olive de Grèce… Monte Carlo Gastronomie fait de l'œil aux gourmands jusqu'à lundi soir

À l'entrée du chapiteau, une fidèle s'inquiète de ne pas voir cette année le stand de son revendeur de foie gras attitré chez qui elle se fournit chaque mois de novembre. Si certains exposants ont changé, les basiques restent présents au salon Monte Carlo Gastronomie ouvert hier pour quatre jours. Un rendez-vous, où beaucoup préparent leur table de fête. Des producteurs du foie gras, il y en a donc plusieurs. À l'image de la maison Micouleau, établie de longue date à Beaumont entre Toulouse et Montauban, et qui vient pour la première fois à Monaco. Leur produit a reçu un prix d'excellence du concours général agricole cette année. « Nous sommes une production artisanale de foie gras, dans la tradition de notre région » promet Jérôme Laclavère, responsable de fabrication, devant un étal de confits typiques du Sud-Ouest. Comptez 25 euros les 200 grammes.

Huîtres bretonnes et tomes basques

Juste en face, eux aussi viennent pour la première fois à Monaco. Et ils ont amené dans leurs bagages 850 kg d'huîtres plates et creuses. Une expression de la production de la « Belle de Penerf », qui sont des huîtres « 100 % naturelles issues du golfe du Morbihan » détaille Laurent Thomas, qui a démarré la production en 2005. Il est possible de les déguster sur place ou d'en emporter chez soi (15 euros la douzaine) à condition de savoir les ouvrir.

À quelques étals de là, la fromagerie Lalande présente la Rolls des fromages de brebis, sa spécialité, directement importée du Pays Basque. La tome se décline en quatre variétés, agrémentée tantôt de fenouil grec ou de piment d'Espelette, et peut faire merveille à l'apéro (autour de 10 euros les 100 g).

Panettone de cinq kilos

Pour la douceur, à un mois de Noël, les amateurs apprécieront les panettones du stand « Fabbrica dei gusti », qui a choisi de proposer le meilleur des artisans du Piémont. Des panettones d'un kilo (vendus 20 euros) aux pépites de chocolats, marrons glacés ou poire chocolat. Et pour épater sur une table de fête, le panettone XXL, de 5 kg, fait son effet.

Enfin, pour rester en bonne santé, George Pigounakis prône son huile d'olive. Ce résident monégasque est héritier d'un domaine familial en Grèce où son père et son grand-père ont cultivé toute leur vie des oliviers.

Les fruits noirs sont encore aujourd'hui gaulés à la main pour fabriquer son « nectar ». « Nous conservons l'huile au frais dans des cuves et nous ne faisons la mise en bouteille que lorsque nous avons des commandes » explique le producteur. Dont l'huile n'est pas classée bio mais « réalisé à l'ancienne, sans produit chimique » assure-t-il. La cuvée de Lato, extra-vierge coûte 21 euros les 700 ml.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct