“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un timide démarrage pour les soldes d’hiver

Mis à jour le 09/01/2020 à 10:16 Publié le 09/01/2020 à 10:16
Rémy Gaven, propriétaire des boutiques Sud Express et Prince de Galles.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un timide démarrage pour les soldes d’hiver

Elles ont commencé hier dans les rues de la cité et dureront quatre semaines au lieu de six auparavant. Pour mettre toutes les chances de leurs côtés, certains commerces ouvriront leurs portes ce dimanche

Le ciel est bleu, le soleil brille et les soldes viennent de démarrer. Pourtant... les rues du centre-ville de Menton sont plutôt calmes. La journée d’hier marquait le début des soldes d’hiver. Une opportunité pour celles et ceux qui ont renfloué les caisses à Noël, et ont décidé de se faire plaisir. Mais sur le littoral mentonnais, la vague de clientèle n’a pas (encore) eu lieu.

Les commerces ont sorti leurs plus beaux atouts. Les pancartes affichant - 40 %, -50 % et même - 60 % pullulent en vitrine. Des réductions qui attirent le regard curieux des clients, mais rares sont ceux qui passent le seuil des magasins. « C’était attendu », avoue Gilbert Buchwald, propriétaire de la boutique « Big Bazar » dans la rue Saint-Michel. « Le mercredi, il n’y a pas beaucoup de monde, la plupart viennent le week-end, ça a toujours marché comme ça. » Même son de cloche pour Morgane Gugimaier. La jeune femme travaille à « Menton Sports », rue Prato, et n’est pas surprise par ce démarrage timide : « Je reste confiante, les soldes d’hiver commencent rarement sur les chapeaux de roues, c’est ce samedi qu’on pourra tirer de réelles conclusions. » Pour l’occasion, une majeure partie des magasins - notamment les grandes enseignes - ouvriront leurs portes ce dimanche.

La clientèle transalpine toujours au rendez-vous

Pour profiter des réductions, il faudra néanmoins se dépêcher. La loi PACTE - adoptée l’année dernière - a réduit la durée des soldes de six à quatre semaines. Une bonne mesure pour Ingrid Chekib, vendeuse de la boutique « Envy Privé » : « On débute directement sur du - 50 %, c’est plus clair pour la clientèle ». Elle regrette tout de même que les soldes aient commencé aussi tôt dans le mois, « février sera compliqué, on recevra les collections printemps alors qu’on sera encore dans le froid hivernal… ».

Les boutiques du centre-ville restent tout de même optimistes pour la saison à venir. Un enthousiasme toujours intact malgré les complications liées à la grève. Les difficultés de transports profiteraient même à la ville. Sourire aux lèvres, Morgane l’admet « si ça peut empêcher certains de se tourner vers Cannes et Nice, alors pourquoi pas. »

Rémy Gaven, propriétaire de la boutique « Sud Express » sur l’avenue Félix-Faure, lui emboîte le pas : « Les clients ne viennent pas spécialement à Menton pour les soldes, c’est plutôt l’inverse. »

Pour Gilbert, les grèves sont facteurs de fatigue et d’énervement. Une conséquence sur l’état d’esprit général qui n’incite pas à la consommation : « Ces événements ne remontent pas le moral des gens. Quand tu as la tête dans les chaussettes, tu vas faire du shopping ? Moi non ».

Menton peut tout de même compter sur la clientèle transalpine, toujours fidèle aux commerces de la cité des citrons. « Même si leur fréquentation a diminué ces dernières années, les Italiens représentent tout de même une grande partie des acheteurs », affirme Ingrid, en emballant un collier. « Certains mois, près de 70 % de mes ventes étaient à des Italiens, aujourd’hui, ça doit représenter 1 vente sur 3 » affirme-t-elle, après avoir achevé son paquet-cadeau.

Comme chaque année, Menton peut compter sur la clientèle transalpine, toujours fidèle aux commerces de la cité des citrons.
Les soldes d’hiver démarrent très fort avec des réductions à - 40 %, - 50 % et même -60 % affichées en vitrine.
Gilbert Buchwald, propriétaire de Big Bazar sur la rue Saint-Michel.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.