“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un territoire entre mer et montagne, coincé entre l'Italie et Monaco

Mis à jour le 18/06/2016 à 05:16 Publié le 18/06/2016 à 05:16
Face à la rédaction de Nice-Matin.
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Un territoire entre mer et montagne, coincé entre l'Italie et Monaco

Évoquer le développement touristique à l'est du département, c'est prendre en compte les spécificités d'un territoire global aux aspects très diversifiés, de la mer à la montagne, et coincé entre ses voisines à dimension internationale, la Principauté de Monaco et l'Italie.

Évoquer le développement touristique à l'est du département, c'est prendre en compte les spécificités d'un territoire global aux aspects très diversifiés, de la mer à la montagne, et coincé entre ses voisines à dimension internationale, la Principauté de Monaco et l'Italie.

Comment trouver une attractivité touristique quand on se situe entre de ces deux pôles forts ? Doit-on jouer la carte de la concurrence ou au contraire, celle de la synergie ? Car il est indéniable que Menton et Roquebrune-Cap-Martin profitent des grands événements monégasques.

Pour exemple, l'acquisition récente du port de Vintimille par Monaco doit pousser Menton à se positionner par rapport au tourisme maritime…

L'Italie aussi constitue un vivier important pour l'économie touristique du Mentonnais.

Alors, quelle politique communautaire adopter en matière de développement touristique sur le territoire de la Riviera française proprement dit ? Et pour quelle clientèle ? Quelles raisons pour venir ici, alors que les destinations du monde entier sont en concurrence ?

Autant de questions posées à nos invités, conscients qu'une réflexion globale est nécessaire.

Tous sont unanimes - Jean-Claude Guibal, député-maire de Menton et Patrick Cesari, maire de Roquebrune et président de la Communauté d'agglomération de la Riviera française en tête - pour dire : « Il faut avoir une vision globale de notre territoire, réfléchir de manière plus large au niveau communautaire ». Ce sera même une obligation dès janvier 2017, puisque la compétence promotion touristique passera entre les mains de la communauté d'agglomération, dans le cadre de la loi NOTRe. Même si pour l'heure, c'est encore le flou complet quant à la mise en œuvre de ce transfert de compétence.

« Notre territoire mérite d'être porté par la Carf, mais ce n'est pas la loi qui nous y incite, c'est le bon sens, tout simplement. Les navettes du patrimoine, instituées il y a quelques années, étaient une première approche. A nous aujourd'hui de faire connaître ce territoire, qui est exceptionnel et se distingue des autres sites azuréens » a fait valoir Patrick Cesari, égrenant les richesses locales, Cocteau, Cap Moderne et Le Corbusier, la villa Eileen Gray, le sanctuaire Pelagos, le patrimoine de la Roya, les sites Grimaldi…

Des mots réconfortants et presque rassurants pour nos invités venus de la haute vallée, en proie à de nombreuses craintes concernant l'avenir de leur chère Roya. Le doublement du tunnel de Tende (et les fermetures de la route liées aux travaux) et les menaces qui pèsent sur la ligne ferroviaire plombent un peu plus chaque jour le moral des acteurs du tourisme du haut pays, qui avouent sans équivoque avoir besoin de l'attractivité du littoral pour survivre.

Et rompre cet isolement en imaginant une continuité territoriale entre la mer et la montagne. Ce que les élus ont volontiers qualifié de « solidarité territoriale » (lire par ailleurs).

« Nous devons affirmer une identité forte » ont clamé les édiles face à des hôteliers, qui assurent qu'ils ne pourront plus seulement vivre de la clientèle de loisirs. « Il faut jouer sur la qualité avec une clientèle d'affaires et créer de nouvelles animations » a redit à plusieurs reprises Mathieu Messina, le président du syndicat des hôteliers de la Riviera.

Ces derniers travaillent actuellement avec une société privée chargée de dresser un état des lieux du secteur. L'objectif étant de faire des propositions pour « les mois les plus creux ».

« Très bien, rétorque le député-maire, mais avec quel argent ? Il nous faut trouver aujourd'hui le meilleur rapport qualité/prix dans un territoire exigu et compliqué pour l'accueil, mais si beau et attachant »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.