Rubriques




Se connecter à

Un tableau de Claude Monet appartenant au Prince Albert exposé dans le village italien qu’affectionnait le peintre français

Le prince, qui a inauguré ce lundi soir l’exposition en Italie, a prêté pour l’occasion une toile de ses collections privées réalisée par l’artiste français à qui est consacrée cette rétrospective.

C.V. Publié le 03/05/2019 à 07:49, mis à jour le 03/05/2019 à 08:35
Le souverain s’est rendu dans les deux communes italiennes frontalières qui rendent hommage cet été au maitre de l’impressionnisme. Photo Gaëtan Luci/Palais princier

En 1883, alors qu’il voyage en train vers Gênes, Claude Monet découvre le littoral italien après la frontière française. Fasciné par l’endroit et les paysages, il choisit d’y revenir l’année suivante. Et s’établit à Bordighera pour un long séjour de trois mois au cours duquel il réalisera une quarantaine de tableaux.

Dans le souvenir de cet hôte de marque, maître de l’impressionnisme, les communes de Dolceacqua et Bordighera organisent conjointement une exposition consacrée au peintre. Et pour la première fois, 135 ans après leur création, trois tableaux reviennent à l’endroit où ils furent exécutés.

Le prince Albert coupe le ruban pour lancer officiellement l'exposition Photo Gaëtan Luci/Palais princier.

Les deux premiers : Le Château de Dolceacqua et Vallée de Sasso. Effet de soleil, proviennent des collections du musée Marmottan Monet à Paris.

Le troisième, Monte Carlo vu de Roquebrune, provient de la collection privée du souverain. C’est pourquoi le prince Albert II s’est rendu lundi soir à Bordighera et Dolceacqua pour inaugurer l’exposition Monet, ritorno in Riviera, qui se tiendra jusqu’au 31 juillet.

 
Une autre oeuvre de l'artiste français Photo Gaëtan Luci/Palais princier.

La toile issue des collections du Palais princier est visible au sein du château Doria de Dolceacqua et l’exposition se poursuit à la villa Regina Margherita à Bordighera.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.