Rubriques




Se connecter à

Un stage pour parler d'archéologie sous-marine

La commission scientifique de la fédération monégasque des activités subaquatiques (FMAS) vient d'organiser sa traditionnelle formation annuelle d'archéologie sous-marine au centre de sauvetage aquatique de Monaco.

Publié le 18/11/2018 à 05:05, mis à jour le 18/11/2018 à 05:05
La commission scientifique de la fédération monégasque des activités subaquatiques a reçu ses stagiaires.
	(DR)
La commission scientifique de la fédération monégasque des activités subaquatiques a reçu ses stagiaires. (DR)

La commission scientifique de la fédération monégasque des activités subaquatiques (FMAS) vient d'organiser sa traditionnelle formation annuelle d'archéologie sous-marine au centre de sauvetage aquatique de Monaco.

 

Au menu de ce stage : la représentation des vestiges en 3D, histoire des civilisations de la mer de l'Antiquité aux époques dites modernes, la sécurité en mer et sur les chantiers archéologiques, les premiers secours, le matelotage, la cartographie maritime… Ces formations techniques, ouvertes à tous, sont assurées par Alain Cascio, Eric Dulière, Denis Larroque, Marc Petit et Guillaume Fassi, instructeurs au sein d'Anao, l'aventure sous-marine et sous le parrainage de Paolo Meardi, président de la commission technique de la FMAS. Cette session a été marquée aussi par la présence du président du Conseil national, Stéphane Valeri, venu rencontrer les instructeurs et stagiaires.

Dans quelques semaines, les futurs archéologues sous-marins poursuivront leurs formations scientifiques mais cette fois en s'immergeant afin d'apporter leur contribution à cette aventure hors du commun.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.