“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un reporter occitan au lycée Saint-Joseph

Mis à jour le 11/01/2019 à 05:14 Publié le 11/01/2019 à 05:14
Animateur et producteur pendant de nombreuses années de  l'émission « Vaqui », André Abbe est venu à la rencontre des lycéens roquebrunois.	(DR)

Un reporter occitan au lycée Saint-Joseph

Les élèves de la classe de terminale d'option « Vivaroalpin mentonasque » du lycée Saint-Joseph ont eu la chance d'échanger en occitan avec André « Andrieu » Abbe, à l'initiative de leur professeur Laurenç Revest.

Les élèves de la classe de terminale d'option « Vivaroalpin mentonasque » du lycée Saint-Joseph ont eu la chance d'échanger en occitan avec André « Andrieu » Abbe, à l'initiative de leur professeur Laurenç Revest.

Cofondateur et journaliste de mensuels occitans ou bilingues de la région (« La Bugada », « Aquò d'Aquí »), mais surtout connu pour avoir produit et animé sur France 3 jusqu'à peu l'émission « Midi Méditerranée » et celles en occitan provençal, vivaroalpin et niçois « Vaquí » et « Veicí », l'écrivain a parlé de ses reportages photos et écrits dans les deux langues dans près de 90 pays du monde !

Un message livré à la jeunesse

Un superbe et riche périple qu'il a livré aux jeunes Roquebrunois avec un message fort : finalement, les stéréotypes que l'on peut avoir sur les gens et la réalité sur le terrain, que ce soit ici avec les méridionaux ou ailleurs, ne sont pas si différents…

De quoi passionner les lycéens, qui ont découvert à travers lui les richesses d'une langue « parallèle », qui n'a pas toujours été bien considérée : André Abbe leur a ainsi parlé de l'époque, où ses parents, comme tous les autres adultes, parlaient occitan entre eux, mais pas avec leurs enfants. Se conformant à l'école qui assurait que la langue de famille empêcherait leur progression sociale. Mais, ses parents ont accepté de parler provençal avec lui lorsqu'il a atteint l'âge adulte. Utile, pour son travail !

Le chroniqueur, conférencier et blogueur* a aussi évoqué le rapport entre langue d'Oc et médias. Échange aussi sur l'unité et la diversité de l'occitan, exemples à l'appui (comparaisons entre le parler provençal et le parler alpin…).

Des extraits de ses textes seront notamment au programme de l'oral final du Bac pour ces élèves. Présentés de vive voix et en occitan par l'auteur, ils ont eu un autre relief. Une occasion assez rare pour cet homme aux multiples facettes de venir dans les classes d'option de la région.


La suite du direct