Rubriques




Se connecter à

Un relais remplacera la Poste du Cap-Martin

Après un appel à candidatures, une boulangerie de l'avenue Paul-Doumer à Roquebrune s'est portée volontaire pour assurer une partie des services de La Poste. Mais pas les transactions bancaires

Thibaut parat Publié le 07/04/2017 à 05:10, mis à jour le 07/04/2017 à 05:10
Cyril Dodergny

La pétition en ligne n'aura pas changé la donne. Les 347 soutiens, et bien d'autres non identifiés, n'auront pas fait vaciller La Poste et sa décision inflexible de fermer définitivement le bureau du Cap-Martin.

« La fréquentation est en baisse de 15% depuis trois ans, avec 83 clients par jour », précise Philippe Soulié, chef de projet « Transformations et partenariat » à La Poste. Celui-ci baissera, donc, son rideau métallique le 30 mai. « Où vais-je aller pour déposer des colis ? À Carnolès, à mon âge ?, peste Ida Ferraris, 90 ans, habitante du quartier depuis six décennies.

En réalité, pas vraiment. La majorité des services se déplaceront dès le lendemain à deux cents mètres à peine, sur l'avenue Paul-Doumer. À la boulangerie Délices Café de la famille Rey bientôt étiquetée « Poste Relais ». Là, les employés, après avoir servi un petit noir et son croissant, vendront timbres et enveloppes, affranchiront ou remettront des colis en mains propres (lire ci-contre).

 

« Glaner de nouveaux clients »

Frédéric Rey, le gérant, a été le seul commerçant du secteur à se porter volontaire, répondant à un appel à candidatures. « Il ne faut pas se le cacher, c'est pour créer du mouvement et de l'animation dans notre point de vente et glaner de nouveaux clients », justifie-t-il. Pour avoir accepté, le gérant touchera 317 euros par mois, sans compter l'intéressement selon le nombre d'opérations effectuées (1). « Ceci dit, il n'est pas impossible que nous devions embaucher du personnel en plus. On verra, ce sera la surprise. »

Du côté de La Poste, outre une logique de rentabilité économique, la décision de fermeture se justifie par une nécessité de s'adapter aux besoins des clients, ceux-ci évoluant au gré des époques.

« Plus d'accessibilité, plus de personnalisation, plus de numérique. Ils veulent de la plus-value, poursuit Philippe Soulié. À Carnolès, par exemple, il y aura en septembre prochain un espace bancaire pour accueillir des conseillers patrimoniaux et professionnels et leurs clients. »

 

Au Cap-Martin, en revanche, il ne sera plus possible pour les clients La Banque Postale de retirer de l'argent au guichet. La boulangerie n'en sera pas équipée.

Installation d'un distributeur de billets ?

Dans un communiqué, la municipalité de Roquebrune-Cap-Martin assure avoir « demandé à La Banque Postale l'installation d'un distributeur automatique de billets au droit du local qu'elle quitte dans la résidence Saint-Martin. » Pour l'heure, la proposition est étudiée du côté de La Poste. Mais est restée sans réponse. « Si cette évolution ne s'avérait pas satisfaisante au terme de l'évaluation qui en sera faite d'ici quelques mois, alors la commune examinera la possibilité d'opter pour la mise en œuvre d'une autre agence postale communale sur le plateau du Cap-Martin », poursuit le communiqué.

Comme à Saint-Roman.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.