“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un Printemps des poètes pluvieux… mais heureux !

Mis à jour le 17/03/2018 à 05:22 Publié le 17/03/2018 à 05:22
Le Printemps des poètes s'est déroulé sous les arcades du monastère, à l'abri de la pluie…

Le Printemps des poètes s'est déroulé sous les arcades du monastère, à l'abri de la pluie… E.A.

Un Printemps des poètes pluvieux… mais heureux !

Le Printemps des poètes s'est déroulé dimanche au monastère de Saorge, sous une pluie battante.

Le Printemps des poètes s'est déroulé dimanche au monastère de Saorge, sous une pluie battante. À la grande joie de la marraine 2018 du festival des Journées Poët Poët, la poétesse Valérie Rouzeau, qui adore la pluie !

Le matin, les courageux participants à l'atelier d'écriture animé par Sandrine Montin se sont réchauffés dans la bibliothèque du monastère en réalisant un sonnet en 14 vers, à présenter le jour même.

L'après-midi, la danseuse Jeanne Chossat a accueilli un public somme toute nombreux, vu le temps maussade, avec une chorégraphie contemporaine de Laurence Marthouret, intitulée « Seule », sous les arcades du cloître, au son de la pluie.

La projection d'une vidéo, réalisée par Sabine Venaruzzo, a ensuite montré les enfants de l'école de Saorge créer un poème collectif, débattre sur le thème « A quoi ça sert la poésie ? », ou encore former une chorale des P'tits poètes sur un poème de Valérie Rouzeau.

Après une petite pause goûter, la journée s'est achevée par la rencontre-lecture avec la poétesse qui a lu plusieurs de ses textes, inspirés pas ses voyages en train, par des rencontres inattendues ou par ses lectures. Des poèmes souvent empreints d'humour et toujours d'une délicate sensibilité, dans lesquels les mots jouent les uns avec les autres parfois par leur sens, parfois par leur son, comme en témoigne le titre de son nouveau recueil paru aux éditions de la Table ronde le 1er mars 2018 : « Sens averse ». Un titre de circonstance pour cette journée de pluie…


La suite du direct