“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un prédateur connu sur le littoral

Mis à jour le 02/08/2018 à 05:10 Publié le 02/08/2018 à 05:10
Un frelon asiatique.	(Archive N.-M.)

Un prédateur connu sur le littoral

Le frelon asiatique est arrivé en France, dans le Lot-et-Garonne, en 2004 caché dans des poteries venues de Shanghai.

Le frelon asiatique est arrivé en France, dans le Lot-et-Garonne, en 2004 caché dans des poteries venues de Shanghai.

La première fois qu'il pointe le bout de son dard dans les Alpes-Maritimes, c'est en 2010.

Le Vespa Velutina, de son nom scientifique, est une véritable plaie pour les apiculteurs. Son mets favori ? Les abeilles.

En vol stationnaire devant les ruches, le prédateur attend. Lorsque les butineuses quittent ou rejoignent la colonie, il les attaque, découpe leur corps et n'emporte que l'essentiel pour retourner au nid et nourrir sa progéniture.

« Une vraie menace pour la biodiversité »

« Ce nuisible est une vraie menace pour la biodiversité », estime Stéphane Constantin, chargé du dossier des frelons asiatiques au service des parcs et jardin de Menton.

Si les apiculteurs sont les premiers touchés, le frelon asiatique est également très présent le long du littoral. Ce qui crée aussi, pour Stéphane Constantin, un problème de sûreté.

« En France, il y a déjà eu des cas de piqûres mortelles, c'est un insecte très violent lorsqu'on s'approche de son nid. »

Un plan de lutte a été mis en place par le Conseil départemental le 16 avril dernier. Les particuliers peuvent contacter le service des parcs et jardins s'ils aperçoivent un nid de frelons asiatiques.

Une équipe vient alors l'identifier avant de prévenir le conseil départemental qui lance la procédure de destruction.

Pour le moment, Stéphane Constantin n'a pas encore reçu d'appel concernant la présence de nids.

« Il faut quand même rester vigilant et être observateur, les nids sont juchés dans les arbres. Il peut être parfois difficile de les voir », conseille-t-il. Alors restez attentifs !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct