“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un pôle métropolitain créé dans l'est des A.-M. ?

Mis à jour le 26/12/2018 à 12:53 Publié le 18/12/2018 à 12:53
Communauté de communes du Pays des Paillons (à gauche) et Communauté d'agglomération de la Riviera française (à droite) pourraient bientôt coopérer  davantage, dans le cadre d'un pôle métropolitain.

Communauté de communes du Pays des Paillons (à gauche) et Communauté d'agglomération de la Riviera française (à droite) pourraient bientôt coopérer davantage, dans le cadre d'un pôle métropolitain. archives Nice-Matin

Un pôle métropolitain créé dans l'est des A.-M. ?

La Carf et la Communauté de communes du Pays des paillons pourraient mener des actions conjointes. Un nouvel établissement public à l'ordre du jour du conseil communautaire, hier

Ils avaient déjà voté une motion pour dire "non" à la Métropole Nice Côte d'Azur. C'était il y a un mois, lors du précédent conseil communautaire de la Communauté d'agglomération de la Riviera française (Carf). Et hier soir, lors de la dernière séance de l'année, les élus communautaires ont, à nouveau, évoqué l'organisation du territoire dans l'est du département. Ils ont approuvé la création d'un pôle métropolitain baptisé "Pôle des Frontières, Riviera, Paillons".

La Carf et la Communauté de communes du Pays des Paillons (CCPP), qui s'étend de Drap à Lucéram, « souhaitent coopérer afin de coordonner leur action politique sur des projets d'intérêt commun et impulser une nouvelle dynamique sur le territoire de l'est des Alpes-Maritimes », explique Jean-Claude Guibal, le président de la CARF, au micro. « Il ne s'agit pas de créer une strate supplémentaire pour mener des actions lourdes et complexes, plutôt de manifester notre souhait de coordonner nos actions », poursuit-il.

Stratégies communes

L'idée est donc de mettre en place « des stratégies cohérentes entre ces deux établissements publics de coopération intercommunale pour mener des actions communes », tout en « préservant l'identité et la liberté d'action » des deux territoires en question.

Concrètement, les actions communes pourraient porter sur plusieurs domaines : coopération transfrontalière, mobilité, promotion touristique, coordination des Schémas de cohérence territoriale, enseignement supérieur et recherche, notamment…

Cet « outil de performance publique » permettrait notamment de réaliser des « économies d'échelle » et « n'induit aucune charge fiscale nouvelle ». Le nouvel établissement public permettrait également de favoriser des « pratiques innovantes, afin de renforcer l'attractivité, dans le respect des spécificités des territoires », lit-on dans la note de synthèse.

Pas de calendrier

Mais les contours de ce nouvel établissement public restent encore flous. Un plan d'action sera proposé « lorsque le moment en sera venu, pour rester très précis », dit Jean-Claude Guibal, un brin ironique.

Interrogé par Marie-Christine Franc de Ferrière sur un éventuel calendrier, le président de la Carf indique qu'il s'agira d'une « décision du préfet » des Alpes-Maritimes, qui pourrait intervenir en 2019, selon lui.

Il devrait en être le président, la Carf étant plus peuplée que la CCPP. Ce sera après la publication d'un arrêté préfectoral et un vote des conseillers de ce futur pôle métropolitain. Mais, conclut Jean-Claude Guibal, « pour l'instant, ce n'est pas un outil opérationnel, c'est une déclaration d'intention qui se manifeste par la création de ce pôle métropolitain ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct