“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un pianiste qui compte double, cet après-midi chez Cocteau

Mis à jour le 29/07/2018 à 05:07 Publié le 29/07/2018 à 05:07
Le  pianiste Jean-Frédéric Neuberger.

Un pianiste qui compte double, cet après-midi chez Cocteau

En voilà un qui n'a pas perdu de temps !

En voilà un qui n'a pas perdu de temps ! A 17 ans, Jean-Frédéric Neuberger avait déjà un poche un premier prix du conservatoire de Paris, à 23 ans, il était déjà professeur dans ce prestigieux établissement. Il est de la race de ceux dont on n'hésite pas à dire qu'ils iront loin.

Son itinéraire passera cet après-midi par le Festival de Menton. Il donnera un récital au Musée Cocteau.

Au programme, des « Etudes de concert ». Les « Etudes de concert » sont un genre bien particulier d'œuvres techniques. (Voir ci contre). Celles que Jean-Frédéric Neuberger interprétera seront de Liszt, de Chopin, de Debussy, mais aussi de lui-même.

Car Jean-Frédéric Neuberger est aussi compositeur. Sa pièce pour deux pianos et percussions « Sinfonia » a été créée en 2010 à La Roque-d'Anthéron, sa « Cantate profane sur deux poèmes d'Aimé Césaire » en 2012 par le chœur et l'orchestre Philharmonique de Radio-France, son quatuor « Plein Ciel » pour clarinette, violon, violoncelle et piano en 2013 a été donnée au Lincoln Center à Washington, son « Aube » en 2017 par les orchestres de Paris et Philharmonique d'Israël. Pianiste plus compositeur : Jean-Frédéric Neuberger est un pianiste qui compte double.


La suite du direct