“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un nouvel ambassadeur de France à Monaco

Mis à jour le 09/08/2019 à 08:18 Publié le 09/08/2019 à 08:20
Marine de Carné-Trécesson (à gauche) et Laurent Stefanini-Parry, le nouvel ambassadeur.

Marine de Carné-Trécesson (à gauche) et Laurent Stefanini-Parry, le nouvel ambassadeur. Photo archive Jean-François Ottonello

Un nouvel ambassadeur de France à Monaco

L’ambassadrice de France Marine de Carné-Trécesson quitte Monaco après trois ans de fonction. Lui succède Laurent Stefanini-Parry, ministre plénipotentiaire de première classe.

Après trois ans de service lui aussi, le délégué permanent de la représentation française à l’Unesco visait depuis plusieurs mois déjà le poste d’ambassadeur à Monaco.

Jeudi, le Journal officiel de la République française a publié le décret du 6 août qui acte la nomination.

Laurent Stefanini-Parry, 58 ans (bientôt 59...), devrait vite se familiariser avec les us et coutumes du pays. "C’est un peu le Petit Prince de la diplomatie”, décrit Romain Nadal, le porte-parole du Quai d’Orsay," peut-on lire dans le journal Libération quand Laurent Stefanini-Parry était chef du protocole à l’Élysée en 2016. Une personnalité qui a donc de quoi s’adapter très rapidement au Rocher. Et ce d’autant plus que Laurent Stefanini-Parry n’est pas inconnu ici.

On se rappelle qu’en septembre 2018, il avait remis à Kawther Al Abood la médaille d'officier des Arts et des Lettres, dans la résidence de l’Irakienne à Roquebrune-Cap-Martin. À cette occasion, l’ambassadeur de l’Unesco avait notamment rappelé l'extraordinaire richesse culturelle du département.

Une expertise dans les affaires religieuses

Par ailleurs, le diplomate connaît bien les relations avec l’Église. En Principauté, c’est un plus incontestablement… De 2001 à 2005, il a été ministre conseiller à l’ambassade de France près le Saint-Siège. Puis, jusqu’en octobre 2006, il enchaîne avec un poste de conseiller pour les affaires religieuses auprès du ministère des Affaires étrangères.

Voici donc un profil qui devrait parfaitement épouser les contours spécifiques de la Principauté.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.