“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un nouveau poste de police au carrefour Saint-Roman

Mis à jour le 03/02/2018 à 05:31 Publié le 03/02/2018 à 05:31

Un nouveau poste de police au carrefour Saint-Roman

Le prince Albert II a inauguré hier un nouveau poste de police à Saint-Roman. Très attendu, il vient remplacer le bungalow provisoire du tunnel voisin, installé depuis plus de vingt ans

Depuis la démolition de la caserne en 1996 et leur installation dans le poste provisoire du tunnel Saint-Roman, les fonctionnaires de la Sûreté publique s'entassaient dans des conditions plutôt précaires. Hier soir, le prince Albert II a inauguré leur nouveau poste de police, en présence de Richard Marangoni, le directeur de la Sûreté publique, Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l'Intérieur, et Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l'Équipement, l'Environnement et l'Urbanisme.

Conditions optimales

Ce bâtiment de 91 m2 comprend un hall d'accueil, un bureau pour recevoir les personnes en détresse, une cellule aux normes européennes, des vestiaires séparés pour hommes et femmes, chacun équipé de douche, et une salle de repos pour prendre leur repas. Pas d'extravagance, juste le nécessaire pour faire leur travail dans des conditions optimales à ce carrefour stratégique.

« Nous avons mis des fenêtres pour que les agents puissent surveiller l'entrée de la Principauté d'où qu'ils soient, y compris depuis la salle de repos où les agents pourront prendre leur repas », explique François Lallemand, l'architecte en charge du projet.

Installé sur le toit

Pour accueillir ce bâtiment, il fallait trouver un terrain. Finalement, c'est dans une (ex) jardinière située sur le toit du Monte-Carlo Sun que la Sûreté publique est installée.

« Cela représentait un challenge en terme de poids, pour ne pas endommager l'immeuble », explique la Sûreté.

Et pour être sûr que la Sûreté publique n'endommagera pas le domaine privé, le nouvel édifice est désolidarisé de sa base. Le genre de challenge qui stimule les architectes : « Nous avons prévu des joints de dilatation partout, pour qu'en cas de séisme les bâtiments vibrent indépendamment. Les deux bâtiments sont totalement distincts. »


La suite du direct