“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un nouveau choc Lehman Brothers n'est pas à l'ordre du jour

Mis à jour le 25/09/2018 à 05:19 Publié le 25/09/2018 à 05:19
L'économiste Jean-Pierre Petit, invité du MEB.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un nouveau choc Lehman Brothers n'est pas à l'ordre du jour

En partenariat avec le Groupe Ascoma, le Monaco Economic Board a accueilli, mercredi 19 septembre, Jean-Pierre Petit, président des Cahiers Verts de l'Économie, pour une conférence sur le thème « 10 ans après le choc Lehman, où va le monde ?

En partenariat avec le Groupe Ascoma, le Monaco Economic Board a accueilli, mercredi 19 septembre, Jean-Pierre Petit, président des Cahiers Verts de l'Économie, pour une conférence sur le thème « 10 ans après le choc Lehman, où va le monde ? ». Un décryptage passionnant qui a conquis les 80 acteurs économiques présents.

Dès le début de son intervention, Jean-Pierre Petit s'est voulu rassurant : « Un nouveau choc Lehman Brothers n'est pas à l'ordre du jour. » Pour étayer son propos, l'économiste a remonté le temps, analysant chaque élément ayant conduit au choc systémique dont les effets se font encore sentir. Bulle immobilière, débouchant sur une crise immobilière débouchant elle-même, par le jeu d'un empilement de produits de crédits douteux, sur une crise financière et bancaire s'étendant finalement à toute l'économie. Rappelant que les États-Unis représentent 4 % de la population mondiale mais 29 % de la consommation, la propagation au reste du monde était inévitable. Les conséquences ont été nombreuses : explosion de la dette, baisse de la croissance potentielle, restructurations bancaires, affaiblissement de l'Europe, montée des populismes, etc.

Mais Jean-Pierre Petit relativise en regardant plus loin dans le rétroviseur : comparé à la crise de 1929 au cours de laquelle un tiers des banques américaines avaient fait faillite, 2008 paraît anodin. Et si actuellement certains s'alarment à propos des tendances négatives de certains indicateurs, l'économiste ne voit pas de signes véritablement inquiétants, taclant au passage les tenants d'une rigueur budgétaire « absurde ».

Face au bel accueil de cette conférence, Michel Dotta et le président du Groupe Ascoma Hervé Husson, pourraient réitérer cette opération.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.