“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un nouveau chef de corps pour les Carabiniers du Prince

Mis à jour le 21/01/2017 à 05:07 Publié le 21/01/2017 à 05:07
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un nouveau chef de corps pour les Carabiniers du Prince

Il a gravi tous les échelons.

Il a gravi tous les échelons. Entré en 1984 au sein de la Compagnie des Carabiniers du Prince, après son service militaire sous les drapeaux français, le commandant Gilles Convertini a pris officiellement ses fonctions comme chef de corps, hier. C'est la première fois qu'un homme rentré comme carabinier devient chef de corps. La prise d'armes s'est déroulée dans la cour d'honneur du Palais princier, en présence du prince Albert II et de son neveu Pierre Casiraghi.

Gilles Convertini assurait l'intérim depuis un an, et le départ du précédent chef de corps, le lieutenant-colonel Philippe Rebaudengo, devenu aide de camp du prince Albert II. La prise d'armes a revêtu une symbolique particulière : elle s'est déroulée le jour de la Saint Sébastien, le saint patron de la Compagnie des Carabiniers du Prince, avant la messe, célébrée hier en la cathédrale de Monaco. Au début de l'année du bicentenaire des carabiniers : le corps a été créé en 1817.

Gilles Convertini devra notamment « faire en sorte que cette collectivité qu'est la Compagnie des Carabiniers du Prince soit soudée », explique le colonel Luc Fringant, le commandant supérieur de la Force publique, lui-même chef de corps des Carabiniers entre 1992 et 2005.

Il devra aussi superviser la formation des carabiniers, qui accomplissent des missions comme la garde du palais, et « faire en sorte que les carabiniers soient toujours vigilants ».

119 militaires composent ce corps.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.