“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un nouveau chapitre pour les Annales monégasques

Mis à jour le 16/12/2017 à 05:13 Publié le 16/12/2017 à 05:13
Thomas Fouilleron, directeur des Archives du Palais princier, entouré des auteurs de cette 41e édition  des Annales monégasques.

Thomas Fouilleron, directeur des Archives du Palais princier, entouré des auteurs de cette 41e édition des Annales monégasques. Palais princier

Un nouveau chapitre pour les Annales monégasques

La revue d'histoire éditée par les Archives du Palais princier dévoile un 41e numéro et se développe, cette année, sur un site internet où tous les anciens numéros sont consultables

Ce sont des pages d'histoire qui vivent avec leur temps. Les Annales Monégasques sont cette année sur la toile. La 41e édition de la revue d'histoire éditée par les Archives du Palais princier existe toujours en version papier, mais se développe sur internet. En effet, le site web a été amélioré pour proposer désormais un moteur de recherche qui permet d'aller fureter dans tous les articles publiés depuis 1977.

C'était une volonté de son directeur, Thomas Fouilleron, qui devrait permettre aux historiens et aux curieux de se plonger dans cette littérature qui évoque des épisodes historiques de la Principauté.

Exemple, primeur de cette édition, le diplôme de doctorat obtenu par Hercule Grimaldi à l'université de Pavie en 1584. Un document enluminé, rapportant sa soutenance de thèse, traduit du latin par Yves Giraudon, qui valide la formation du doctorat en droit canon et romain obtenu par le prince Hercule Ier. Qui meurt assassiné sur le Rocher en 1604.

Grandes figures

Parmi les articles cette année, un texte par Pier Maria Stabile sur les traités de Stupinigi en 1817, actant un protectorat du royaume de Sardaigne sur le pays. Date qui coïncide avec la création des carabiniers, qui célèbrent en 2017 leur Bicentenaire, « car l'état protecteur ne veut pas à l'époque, prendre à sa charge une compagnie qui assure la police », confie Thomas Fouilleron.

Un article de Thierry Thomas évoque aussi la figure d'Hercule Florence, l'inventeur monégasque mis à l'honneur au NMNM cette année. On y découvre les premières pages de son autobiographie, retrouvée au Brésil. Stéphane Lamotte lui a écrit sur Armand Lunel. Et les années monégasques de cet auteur français, établi rue Grimaldi, qui fut professeur de philosophie de 1920 à 1953 au lycée de Monaco. Et qui fut protégé par la famille princière pendant la Seconde guerre mondiale.

Anciens fiefs

L'ouvrage contient aussi un article de Wolfgang Maier qui retrace l'histoire de la distribution des allumettes à Monaco depuis 1892 avec des boîtes décorées.

À la rubrique des anciens fiefs des Grimaldi, Etienne Faisant raconte le château de Torigni, en Normandie, qui fut la propriété des Matignon « qui était le Marchais de l'époque pour la famille princière au XVIIIe siècle » note Thomas Fouilleron.

Le 41e numéro reprend aussi le catalogue de l'exposition préparée par les Archives du Palais princier sur le prince Louis II, soldat de la Grande Guerre, sur le Chemin des Dames, dans l'Aisne.

Enfin, Olivia Antoni évoque les parallèles entre Venise et Monaco au XVIIe et XVIIIe siècles. Et Francesca Bottacin, après Rembrandt l'an passé, compile les œuvres de Rubens dans les collections des princes de Monaco. Des tableaux aujourd'hui disparus ou dispersés.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct