“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un Monégasque à Buenos Aires

Mis à jour le 18/10/2018 à 05:07 Publié le 18/10/2018 à 05:07
« C'était pour moi très émouvant de voir le souverain et de pouvoir discuter avec lui, si loin de Monaco, là où je vis. »

« C'était pour moi très émouvant de voir le souverain et de pouvoir discuter avec lui, si loin de Monaco, là où je vis. » COM

Un Monégasque à Buenos Aires

Ingénieur pour le groupe Total, Jean-Baptiste Cellario, un Monégasque de 28 ans, vit dans la capitale argentine, à 11000 km de la Principauté. Portrait d'expatrié

Bac S (lycée Albert-Ier), prépa maths sup - maths spé (MPSI et MP) à Masséna (Nice), trois années d'école d'ingénieur en génie civile à l'Ecole spéciale des Travaux Publics à Paris (ESTP), une année de master spécialisé Petroleum Engineering à l'Institut français du pétrole (IFP School - Paris) : Jean-Baptiste Cellario a un très solide bagage. Et à 28 ans, ce Monégasque a déjà un parcours hors du commun. Embauché dès la fin de ses études par le groupe Total, il est envoyé en Argentine pour travailler sur un projet de forages, mais se retrouve finalement à Singapour. « La plateforme de forage était en construction là-bas. »

Direction ensuite les bureaux de Total Austral à Buenos Aires, comme superviseur des opérations de nuit. « La plateforme était située tout au Sud de l'Argentine, en Terre de feu, à 80 km au large des côtes Rio...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct