“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un local à ordures imposé dans tous les immeubles monégasques

Mis à jour le 08/03/2017 à 11:47 Publié le 08/03/2017 à 05:22
Le gouvernement a choisi d'optimiser le traitement des déchets en Principauté dans l'optique de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le gouvernement a choisi d'optimiser le traitement des déchets en Principauté dans l'optique de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Photo archives Michaël Alési

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un local à ordures imposé dans tous les immeubles monégasques

L'ordonnance souveraine mise à jour impose à tous les immeubles, récents ou anciens de disposer d'un local à ordures. L'usine d'incinération des déchets sera, elle, reconstruite in situ

Le sujet est jugé « important » par Marie-Pierre Gramaglia. Présentée à la presse hier soir, la mise à jour des textes réglementaires relatifs à la collecte et au traitement des déchets vient d'être actée par une ordonnance souveraine.

Avec toujours une volonté de « réduire les déchets, organiser la collecte et valoriser ce qui peut l'être », a souligné la conseillère de gouvernement pour l'Équipement, l'Environnement et l'Urbanisme.

Sur le fond, le nouveau texte qui se substitue à l'ancien arrêté municipal n'est pas révolutionnaire quant au traitement des 54 000 tonnes de déchets par an qui passent dans l'usine d'incinération (regroupant ceux de la Principauté et d'une partie de la CARF*).

Un délai de cinq ans dans l'ancien

Mais la nouvelle réglementation met particulièrement en avant la nécessité pour toutes les copropriétés de se doter désormais de locaux pour la collecte des ordures.

Un local « accessible depuis la voie publique, aux dimensions et normes d'hygiène en vigueur » souligne Séverine Canis-Froidefon, directrice de la Prospective, de l'Urbanisme et de la Mobilité.

Chaque jour, les équipes de la SMA collectent 1 500 points à travers le pays et cette nouvelle règle devrait éviter tout sac-poubelle égaré sur la voie publique.

Pour les nouvelles constructions, la création de ce local doit être annoncée au permis de construire. Un délai de six mois a été consenti, à compter de la publication de l'ordonnance souveraine, pour prendre en compte ce nouveau point législatif.

Pour les immeubles anciens, un délai de cinq ans est ouvert pour permettre aux copropriétés de faire les aménagements nécessaires. Ou de proposer une solution alternative en cas d'impossibilité.

« Dans des quartiers où ces équipements sont difficiles à faire, des locaux poubelles sont aménagés par le gouvernement. Notamment à Monaco-Ville où un nouveau site vient d'être réalisé sous le restaurant Castelroc », complète Jean-Luc Puyo, directeur de l'Aménagement Urbain.

Ces locaux poubelles devraient également favoriser l'extension de bacs à tri sélectif, déjà présents dans 150 bâtiments en Principauté.

« Sur la question, on sent une mobilisation de la communauté monégasque », insiste Marie-Pierre Gramaglia. Pour qui en ligne de mire, le maintien de la gestion des déchets pourra contribuer à la réduction de 50 % de l'émission des gaz à effet de serre en 2 030 en Principauté selon le souhait du souverain. Le traitement des déchets représentant le troisième poste d'émission de ces gaz.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.